Retour

L'inquiétude liée à l'amiante persiste à la polyvalente de Sainte-Anne-des-Monts

Le Syndicat des travailleurs de l'éducation de l'Est du Québec s'inquiète toujours de la poussière d'amiante qui a été trouvée à la polyvalente Gabriel-Le Courtois cet automne. Pourtant, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (anciennement la CSST) assure que tout a été nettoyé et que les risques de contaminations sont faibles.

Un texte de Jean-François Deschênes

La présidente du Syndicat, Nathalie Fournier, croit que des employés et des élèves auraient tout de même pu respirer la poussière d'amiante qui a été trouvée par un travailleur cet automne.

« Nous on veut s'assurer que ça ne se reproduira plus » a-t-elle affirmé.

Inspecteur dépêché sur les lieux

Cet automne, un inspecteur a découvert une quantité négligeable de poussière à quelques endroits selon le porte-parole de la commission, Maxime Boucher.

Il estime « faibles » les risques que le personnel et les étudiants aient pu respirer de la poussière d'amiante. La commission a donné un délai de 48 heures à l'école pour nettoyer, ce qui a été fait par une firme spécialisée, assure M. Boucher.

Rencontre avec les parents

La Commission scolaire des Chic-Chocs n'a pas voulu commenter avant la rencontre prévue avec les parents des élèves mardi soir.

Selon la porte-parole, Marie-Noëlle Dion, la rencontre a pour but d'informer les parents des résultats d'un rapport réalisé durant les deux dernières années, sur la présence d'amiante dans les établissements de la Commission scolaire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine