Retour

L'inquiétude persiste chez les producteurs laitiers du Bas-Saint-Laurent

Les Producteurs laitiers du Bas-Saint-Laurent continuent de s'inquiéter des importations de lait diafiltré des États-Unis vers le Canada. Des pertes de revenus de l'ordre de 1000 $ par semaine, par ferme, y seraient reliées.

Réunis à Rimouski mercredi pour leur assemblée générale annuelle, les producteurs ont dénoncé une fois de plus les normes fédérales qui permettent aux producteurs américains d'exporter leurs protéines laitières sans payer de droits de douane.

Le président des Producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent, Gabriel Belzile, explique que chaque ferme perd en moyenne 1000 $ par semaine en revenus en raison des importations de protéines laitières américaines.

« J'ai une ferme moyenne chez nous. Et on parle de 4000 $ par mois. Si ça continue comme ça pendant plusieurs années, ce sont de nombreuses fermes qui vont devoir fermer. C'est ce qu'il faut réussir à contrer en négociant », affirme M. Belzile.

Contrôle aux frontières

Le président des Producteurs de lait du Québec, Bruno Letendre, affirme quant à lui qu'Ottawa doit mieux surveiller ses frontières.

« Avec le Partenariat transpacifique, le gouvernement canadien nous a dit qu'il avait maintenu la gestion de l'offre. Et un des principes de la gestion de l'offre est le contrôle à la frontière, ce que le gouvernement ne fait pas bien présentement », mentionne M. Letendre.

Des négociations ont eu lieu la semaine dernière avec les industriels laitiers du Canada afin de les inciter à acheter davantage de protéines laitières produites au pays, mais aucune entente n'est intervenue.

D'après les informations de Julie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires