Retour

L'Institut maritime du Québec en mode séduction

L'Institut maritime du Québec (IMQ) à Rimouski a revêtu ses plus beaux atours samedi pour faire la cour à ses futurs élèves et à leurs parents.

Un texte de Richard Lavoie

Environ 80 bénévoles parmi le personnel enseignant et les élèves ont uni leurs efforts pour accueillir ceux et celles dont l’intérêt est déjà suffisamment allumé pour justifier de longues heures de route.

Mis en appétit par un atelier au Séminaire Saint-Joseph, l’intérêt de Jean-Laurence balance entre la navigation et le génie mécanique.

Isabelle Normand a fait le voyage pour vérifier si cela vaut le coup pour son fils de troquer ses Trois-Rivières pour le fleuve.

« On se rend compte que l’école c’est une grande famille et qu’ils (les étudiants) vont avoir beaucoup d’encadrement. Les perspectives d’emploi sont extraordinaires aussi », explique Mme Normand.

La qualité des programmes

Auréolé de son statut d’école nationale de marine, situé dans un décor qui ne peut que ravir les amateurs de grands espaces marins , l’IMQ a sorti le grand jeu pour faire valoir les grandes qualités de ses programmes.

Visite des installations, présentation de chacun des programmes, coup d’œil sur le bassin de plongée et accès aux simulateurs dernier cri en navigation et mécanique.

La mécanique c’est le domaine de Lode Mortier, un Belge d’origine qui a pris conjointe et pays et qui est maintenant bien ancrée à Rimouski.

Il présente avec fierté le simulateur de mécanique, un outil à la fine pointe comme on dit qui permet de reproduire l’ensemble des systèmes de propulsion des différents navires de la marine marchande.

Les élèves pourront ainsi apprendre à réagir en situation d’urgence et jongler avec diverses problématiques qui les attendent dans la salle de machine d’un vrai navire.

L’IMQ compte donc sur ce genre d’équipements perfectionnés, sur la qualité générale de l’enseignement et sur son excellente réputation auprès des armateurs qui lui vaut un taux de placement impressionnant, pour convaincre les indécis.

Carole Lavoie de Québec a accompagné son petit-fils Louis-Philippe pour confirmer son inscription en plongée industrielle.

« C’est une institution qui est très sérieuse, ils forment bien les jeunes et c’est encourageant pour la jeunesse », estime Carole Lavoie.

Esther Gauthier a conduit plus de 5 heures de Montréal jusqu’à l’IMQ pour rendre le rêve de son fils possible.

« Ce ne sont pas des domaines qu’on connaît vraiment à moins d’avoir une personne proche de nous[…] Je trouve ça vraiment très intéressant. Cela doit être très stimulant!

Le directeur de l’IMQ, Daniel Dion croit que de tels événements portes ouvertes font partie, avec les réseaux sociaux ,de l’arsenal qui doit être déployé pour recruter des étudiants.

« Il ne faut rien prendre pour acquis. Il faut tracer la route, trouver des nouveaux sentiers, être de plus en plus sur tout le territoire du Québec », l’ancien loup de mer devenu gestionnaire de la relève.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine