Les premiers ministres français et québécois, Manuel Valls et Philippe Couillard, ont entériné formellement, vendredi matin, la création de l'Institut France-Québec pour la recherche et l'innovation maritime, dont le pendant québécois sera basé à Rimouski.

Un texte de Julie Tremblay

Lors de la conférence de presse tenue par les deux premiers ministres après la signature de plusieurs ententes, à Québec, le premier ministre Philippe Couillard a tenu à souligner l'importance de la création de ce nouvel institut pour le Québec et pour le développement des recherches sur le secteur maritime.

Le premier ministre français, Manuel Valls, a pour sa part souligné l'importance de l'économie bleue et a réaffirmé son intention d'intensifier les collaborations entre son pays et le Québec.

« Ça nous amène une crédibilité complémentaire », dit Jean D'Amour

En entrevue vendredi matin à l'émission Info-réveil, le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D'Amour, s'est dit très heureux de l'officialisation de cette entente. Selon lui, elle vient confirmer l'expertise développée à Rimouski en sciences de la mer.

Il croit que cette nouvelle collaboration avec des scientifiques français va permettre de bonifier la recherche et d'échanger des informations précieuses.

Jean D'Amour a d'ailleurs affirmé qu'il voulait s'inspirer non seulement de la France, mais aussi d'autres pays côtiers pour la stratégie maritime de son gouvernement. Il a notamment dit qu'il souhaitait que le Québec valorise davantage les résidus des usines de transformation du poisson, qui, dit-il, valent une fortune et ne sont pas assez exploités au Québec.



Plus d'articles