L'Océanic de Rimouski termine la saison au 8e rang du classement de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). L'équipe, qui vit une année de « rajeunissement » selon l'entraîneur-chef Serge Beausoleil, pourrait-elle atteindre la finale de la Coupe du Président même si elle n'est pas favorite, comme elle l'avait fait en 2012?

Un texte de Sébastien DesrosiersTwitterCourriel

Avec une victoire face aux Remparts de Québec, samedi, l'Océanic de Rimouski s'est assuré de terminer au 8e rang classement de la LHJMQ, ce qui lui procure l'avantage de la patinoire en première ronde des séries éliminatoires.

« On est dans une année de rajeunissement, il faut bien l'avouer, mais en même temps, on voulait demeurer compétitif, c'est ce qu'on avait dit à nos amateurs, explique l'entraîneur-chef Serge Beausoleil. Je dirais que notre boulot, puis le boulot des joueurs aussi, c'est de surpasser notre potentiel. Donc je ne suis pas surpris du tout de ce qui arrive. »

Un an après la conquête de la Coupe du Président, l'Océanic termine donc la saison avec une fiche de 36 victoires, 25 défaites, 5 défaites en prolongation et 2 défaites en fusillade, pour un total de 77 points. 

Cette situation fait drôlement penser à la saison 2011-2012, la première de Beausoleil à la barre de l'équipe. Rimouski avait alors terminé au 7e rang au classement, dans une année de reconstruction, avant de causer la surprise en atteignant la finale de la LHJMQ. L'équipe avait finalement été balayée par les Sea Dogs de Saint-Jean.

« On avait une qualité de vétéran avec [Alex] Belzile, [Alexandre] Mallet et compagnie qui s'étaient vraiment avérés. On est ailleurs en ce moment, mais oui, le parallèle est intéressant », admet Serge Beausoleil, sourire en coin.

Qui plus est, le directeur général de l'époque, Philippe Boucher, avait pensé échanger son meilleur défenseur, Jérôme Gauthier-Leduc, afin d'entamer une véritable reconstruction, mais il s'était ravisé puisque les offres étaient insuffisantes. Or, Serge Beausoleil a envisagé de se départir du gardien Louis-Philip Guindon ce printemps, mais de la même façon, les offres insuffisantes des autres équipes l'ont convaincu de faire confiance à son personnel jusqu'à la fin de la saison.

Il croit d'ailleurs que le jeu en défensive constitue la plus grande force de son équipe à l'aube des séries. « Même si on est jeune, il y a la qualité de nos cerbères à l'arrière, dit-il. Tout ça mis ensemble fait qu'on est capable de jouer du jeu offensif, intelligent, mais sans trop donner de chances de marquer à l'adversaire. »

L'Océanic affrontera les Islanders de Charlottetown en première ronde des séries éliminatoires.

Plus d'articles

Commentaires