Retour

L'Office national de l'énergie fait des reproches à TransCanada

Alors que TransCanada faisait une opération séduction en annonçant une centaine d'emplois au Québec mercredi, l'Office national de l'énergie (ONÉ) fait des reproches à la compagnie.

L'organisme fédéral juge que TransCanada manque de clarté dans la documentation qu'elle fournit au public. Tellement, que même les experts ont de la difficulté à s'y retrouver.

L'ONÉ demande donc à la compagnie de remettre de l'ordre dans les quelque 50 000 pages de documents déposés jusqu'ici à l'appui de sa demande. On exige d'ici deux semaines le dépôt d'une table des matières pour clarifier le tout.

Ce changement de ton de l'ONÉ survient au moment même où TransCanada tient une séance d'information à Saint-Honoré-de-Témiscouata pour annonce son désir d'être d'avantage à l'écoute de Québécois.

« Notre approche au Québec a été modifiée de façon importante. Les décisions qui touchent la province sont désormais prises ici par une équipe permanente, basée à Montréal et entièrement québécoise » annonce Louis Bergeron, vice-président pour le Québec du projet Énergie Est.

Saint-Honoré plus favorable

Le maire de Saint-Honoré-de-Témiscouata, Richard Dubé, apprécie ce geste d'ouverture de la part de TransCanada. « Le dialogue est important. Il faut avoir de la transparence dans ces projets-là et le dialogue en est une grosse partie », mentionne-t-il.

C'est une deuxième visite en deux ans dans un secteur qui est plus favorable au projet. Selon le maire Dubé, l'environnement est moins un enjeu dans ce cas-ci puisque le pipeline passerait à l'extérieur du village.

Un changement économique important est à souligner dans le cas du scénario de Saint-Honoré. Il n'y aurait pas de station de pompage sur le territoire de la municipalité. Un impact considérable quant aux éventuelles taxes municipales liées au projet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine