Retour

L'Opéra de Rimouski fête tout en sobriété son 15e anniversaire

L'Opéra de Rimouski a tenu dimanche après-midi son spectacle annuel, un gala-concert soulignant son 15e anniversaire. L'organisation a dû remplacer la production à plus grand déploiement prévue à la programmation, faute de subventions. L'Opéra de Rimouski fait toujours face à d'importants défis de financement, mais doit aussi diversifier son public.

Un texte de Laurence Gallant

De grands solistes de renommée, dont Lyne Fortin, Julie Nesrallah, Marcel Beaulieu et Fady Jeanbart, ont foulé les planches de la salle Desjardins-Telus pour interpréter des extraits de grands opéras dimanche après-midi.

L'Opéra de Rimouski a choisi de concevoir un spectacle de façon plus modeste, sans orchestre ni costumes, pour éviter de s'endetter. L’organisation a dû se priver des subventions espérées d'Ottawa et de Québec : des sommes de quelques dizaines de milliers de dollars, qui n'ont pas été au rendez-vous.

« Je pense que Rimouski est une ville d’importance, et c’est à partir d’ici que la musique peut rayonner aussi dans les petits endroits autour », affirme la chanteuse soprano et marraine d'honneur de l'Opéra de Rimouski, Lyne Fortin.

Une campagne de financement, lancée il y a six semaines, arrive à près des trois quarts de son objectif de 100 000 dollars, ce qui augure bien pour l’avenir de l’Opéra. Reste à savoir si le financement public se confirmera sur le tard, indique le directeur général de l’organisation, Claude-Robin Pelletier.

Le défi de remplir la salle

Séduire le public est un autre défi de taille pour l'Opéra de Rimouski, qui attire une majorité de têtes blanches à ses représentations.L'apparition de l'opéra dans les salles de cinéma, qui offre une expérience unique à moindre coût, et le vieillissement des amateurs viennent compliquer la tâche, selon le directeur général.

Il semble qu'il n'y ait pas de formule magique pour conquérir un plus jeune public. L'opéra doit demeurer simple et authentique, et il s'agit d'une mission que doivent se donner les artistes et les maisons d'opéra, comme l'explique le chanteur baryton Fady Jeanbart, qui partage son temps entre Paris et Beyrouth.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine