Retour

L'opposition au projet Haldimand toujours vivante

La mise en veilleuse du puits Haldimand numéro 4 est loin de rassurer les opposants au développement pétrolier à Gaspé. Le problème pour eux, c'est que Pétrolia poursuit ses recherches et que la compagnie pétrolière n'exclut pas d'utiliser des méthodes controversées comme la fracturation hydraulique.

Cette technique qui est utilisée pour exploiter au maximum le potentiel d'un gisement pétrolier, inquiète la ville de Gaspé et certains citoyens. Rien n'empêche Pétrolia, légalement, d'obtenir un permis pour mener ce genre de travaux sur sa propriété Haldimand.

Ce que craint surtout la porte-parole du comité Ensemble pour l'avenir durable du Grand Gaspé, Lise Chartrand, c'est la contamination de l'eau potable.

Le maire de Gaspé maintient sa demande auprès du gouvernement pour qu'il ordonne une enquête du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, le BAPE, et que des experts indépendants se penchent sur le projet gaspésien.

Haldimand 1 et 2

La date des prochains travaux n'est pas connue, mais lorsqu'il y en aura, ils se feront aux puits Haldimand numéro 1 et 2.

Avant de décider quoi que ce soit, la compagnie doit élaborer un programme. Elle veut étudier toutes les possibilités pour tirer le meilleur potentiel des puits, dont la stimulation chimique. Pétrolia doit aussi discuter avec son partenaire Québénergie avant de prendre d'autres décisions.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine