Retour

L'ordre de la Gaspésie est remis pour la première fois

Les premiers lauréats de l'Ordre de la Gaspésie sont maintenant connus. Créée par le Musée de la Gaspésie, cette nouvelle distinction vise à reconnaître des citoyens qui ont marqué le développement de la région en faisant preuve d'excellence. Les MRC ont été invitées à suggérer des candidats pour en arriver à la sélection de 4 premiers récipiendaires. 

André Beaudin, Grande-Rivière

Après des études en pédagogie, André Beaudin devient enseignant et conseiller pédagogique à la commission scolaire de la Péninsule. Puis, on le retrouve directeur d'école et directeur général adjoint de la commission scolaire du Rocher-Percé. Parallèlement à ses engagements professionnels en éducation, il a été conseiller municipal et maire de Grande-Rivière entre 1967 et 1980.

En 1985, il est élu député de Gaspé à l'Assemblée nationale du Québec et nommé adjoint parlementaire l'année suivante. Il ne sollicite pas de mandat à l'élection générale de 1994 et retourne dans le monde scolaire à titre de directeur adjoint de la polyvalente Mgr Sévigny et de directeur du Centre de formation en entreprise et en récupération du Rocher Percé.

André Beaudin se retire de la vie professionnelle en 1997, mais ne reste pas inactif. Il oeuvre à titre de bénévole à la Base de plein air de Bellefeuille, à la fabrique, à la coopérative d'habitation pour personnes âgées, aux Chevaliers de Colomb et à l'Office des personnes handicapées de la Gaspésie et des Îles.

Jules Bélanger, Nouvelle

Jules Bélanger voue un véritable culte à sa région natale : la Gaspésie. Après des études en théologie, en philosophie et en lettres, il obtient un doctorat en littérature de l'Université de Rennes. Citoyen engagé et intellectuel éclairé, il fait carrière dans l'enseignement, d'abord au Séminaire de Gaspé de 1958 à 1969, puis au Cégep de la Gaspésie et des Îles, jusqu'en 1987.

Préoccupé par la vitalité de la Gaspésie et la défense de ses intérêts, il participe à la fondation des Éditions du Pharillon, qui possèdent l'hebdomadaire Le Pharillon. Il intègre aussi le conseil d'administration de Radio-Gaspésie et celui de Radio-Québec. Il préside également le comité d'implantation du Cégep de la Gaspésie et des Îles. Il signe plusieurs publications et de nombreux articles se rapportant à sa région. Il est l'un des coauteurs du livre Histoire de la Gaspésie, publié en 1981 aux éditions du Boréal.

Entre 1977 et 1995, il se retrouve à la tête de la Société historique de la Gaspésie. C'est lui qui, au nom de la Société, veille au développement du Musée de la Gaspésie. De 2002 à 2006, c'est aussi lui qui préside, avec succès, la vaste campagne de financement visant l'agrandissement du Musée qui se concrétisera en 2009. Entre-temps, soit en 1982, il met en place la Fondation de la Société historique de la Gaspésie.

Fabien Sinnett, Gaspé

Depuis plusieurs décennies, Fabien Sinnett est actif dans sa communauté. D'abord impliqué bénévolement dans diverses organisations sportives auprès des jeunes, c'est surtout l'histoire de sa ville et la préservation de son patrimoine qui l'animent depuis toujours. Il a entrepris de nombreuses recherches historiques pour raconter l'histoire de Gaspé d'hier à aujourd'hui.

Depuis 2002, il travaille à concrétiser un rêve, soit de redonner ses lettres de noblesse au quartier historique de Gaspé. Fabien Sinnett a fondé la Corporation Gaspé, Berceau du Canada, dont la vocation est de préserver et de mettre en valeur le patrimoine et la riche histoire de Gaspé, particulièrement le Vieux-Gaspé, situé sur la Pointe O'Hara, un projet de 17 millions de dollars.

La Corporation a mis en place un parcours patrimonial présentant les principaux édifices, personnages et évènements historiques de Gaspé. En 2009, M.Sinnett co-écrit un livre de référence Gaspé au fil du temps, relatant l'histoire de Gaspé.

J. Augustin St-Laurent, Cap-Chat

Après avoir fait carrière dans l'enseignement et comme directeur d'école, J. Augustin St-Laurent revient en Gaspésie comme directeur éducatif puis comme directeur général de ce qu'on connaît aujourd'hui comme le Centre de réhabilitation de la Gaspésie. Très tôt, il s'implique dans le club Lions et œuvre au Mouvement Desjardins comme président de la caisse de Cap-Chat, à la Fondation Girardin-Vaillancourt, puis comme vice-président de la fédération Desjardins.

À sa retraite, il est élu maire de Cap-Chat où il complètera trois mandats. Comme préfet adjoint de la MRC de Denis-Riverain, qui deviendra la MRC de la Haute-Gaspésie, il coorganise le sommet économique de la Gaspésie et des Îles en 1988. Il siège également sur de nombreux comités de développement, tant régionaux que provinciaux.

J. Augustin St-Laurent fonde le Centre Vents et Mer ainsi que le Musée de la marine à voile de Cap-Chat. Par la suite, il entre au conseil d'administration de la Société d'histoire et d'archéologie des Monts et il se consacre pleinement à cette passion qu'il a pour ses ancêtres. Il signe et publie deux ouvrages sur les mariages et 83 recueils de généalogie. Aujourd'hui encore, il continue d'écrire, de chercher et de partager ses connaissances.

Plus d'articles