Retour

L'UQAR a versé 200 000 $ en trop à ses cadres

L'Université du Québec à Rimouski a versé 200 000 $ en trop à ses cadres entre 2011 et 2014, selon un rapport de la vérificatrice générale du Québec à l'Assemblée nationale.

Dans son rapport 2015-2016, la vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc consacre un chapitre à la rémunération des cadres dans le réseau des Universités du Québec. Elle montre du doigt l'Université du Québec à Rimouski, entre autres, qui aurait accordé à ses cadres une rémunération non conforme à la loi.

Dans la province, ce sont des sommes totalisant 800 000 $ qui ont été versées en trop à des cadres dans 4 des 5 établissements du Réseau de l'Université du Québec entre 2010 et 2015.

Ce rapport est lié à la loi 100 qui stipule que « tout ce qui constitue la rémunération des cadres ne peut être majoré de plus qu'un certain pourcentage. Et les primes au rendement ne sont pas permises. »

L'UQAR étant dans l'ignorance ?

La vérificatrice générale explique qu'il est possible que l'UQAR ignorait que ses pratiques étaient non conformes. De 2011 à 2014, donc, l'UQAR a versé à tous ses cadres qui avaient atteint le maximum de leur échelle salariale un montant forfaitaire supplémentaire représentant 4% de leur salaire. Au total, c'est 199 000$ dollars pour 23 cadres.

Selon Guylaine Leclerc, les universités qui figurent dans son rapport justifaient les primes en les appelant par exemple, des primes multisites. Parce que les cadres font beaucoup de route. Elle rappelle du même souffle que les frais de déplacement sont remboursés.

Des recommandations

Dans ses recommandations, la vérificatrice générale propose à la direction de l'UQAR d'évaluer la pertinence de récupérer les sommes versées en trop
et de documenter la décision prise. L'UQAR a depuis cessé ces pratiques depuis l'exercice financier de 2014-2015.

Et dans ses recommandations au ministère de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Guylaine Leclerc recommande de mettre en place des mécanismes de suivi quant au respect de la législation régissant la rémunération des cadres des universités.

D'après les informations de Louis Lahaye-Roy

Plus d'articles