Retour

L'UQAR dit non à l'abolition du siège social du réseau de l'Université du Québec

La direction de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) a vivement réagi aux informations voulant que Québec songe à réduire la taille ou carrément faire disparaître le siège social du réseau de l'Université du Québec.

Le quotidien La Presse révélait vendredi que l'hypothèse fait partie de divers scénario qu'évalue le gouvernement Couillard pour réduire ses dépenses en éducation.

Il n'en fallait pas plus pour que le recteur de l'UQAR, Jean-Pierre Ouellet, convoque la presse en catastrophe afin de réaffirmer l'importance de cette institution pour le développement de l'UQAR et des autres composantes de l'Université du Québec.

En conférence de presse, le recteur Ouellet et le vice-recteur à la formation et à la recherche, François Deschênes, ont soutenu que le siège social du réseau joue un double rôle. D'abord, la gestion regroupée des achats et des régimes de retraite notamment, permet des économies. Le vice-recteur Deschênes ajoute que le siège social a développé une grande expertise pour soutenir les universités lors du déploiement de nouveaux programmes d'études.

Le réseau de l'Université du Québec a été créé en 1968 et regroupe dix constituantes : les universités de Rimouski, Montréal, Trois-Rivières, Chicoutimi, Gatineau et Rouyn-Noranda de même que l'École nationale d'administration publique (ÉNAP), l'Institut national de la recherche scientifique (INRS), l'École de technologie supérieure (ÉTS) ainsi que la Télé-université (TÉLUQ). 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine