Retour

La Caisse de dépôt prend le contrôle de Ciment McInnis

L'explosion des coûts de la construction de la cimenterie de Port-Daniel-Gascons, en Gaspésie, pousse la Caisse de dépôt et placement du Québec à prendre le contrôle du projet avec l'injection de 125 millions de dollars supplémentaires.

L'institution devient l'actionnaire de contrôle puisqu'elle détient désormais 7 des 11 sièges du conseil d'administration.

En juin dernier, on apprenait que la construction de la cimenterie coûterait 450 millions de plus que le montant de 1,1 milliard de dollars estimé lors du lancement du projet en 2014. Quelques semaines plus tard, le PDG de Ciment McInnis, Christian Gagnon, était renvoyé par le conseil d'administration.

Un processus de recrutement est toujours en cours pour lui trouver un remplaçant. 

Le réinvestissement de la Caisse de dépôt était conditionnel à des changements dans la direction de l'entreprise, selon le directeur principal des communications avec les médias, Maxime Chagnon. « C'était une situation difficile, ajoute-t-il. La caisse devait agir pour protéger la rentabilité de son investissement et le capital de ses déposants ».

Rentable malgré l'explosion des coûts

Dans un communiqué, la Caisse de dépôt réaffirme la rentabilité du projet, tout en avouant agir « pour protéger le capital de ses déposants » en raison des dépassements de coûts « importants ».

Par ailleurs, la société d'investissements BlackRock se joint au groupe d'investisseurs en ajoutant 125 millions de dollars au projet. « Ce nouveau financement, totalisant 250 millions de dollars, est suffisant pour compléter le projet », indique la Caisse.

« Avec la nouvelle équipe de direction et la nouvelle structure du capital que nous annonçons aujourd'hui, Ciment McInnis sera en mesure de saisir des occasions d'affaires attrayantes et de générer des rendements pour les clients de la Caisse », a déclaré Christian Dubé, premier vice-président, Québec à la Caisse.

Les conditions du marché nord-américain du ciment sont meilleures qu'au moment de l'annonce du projet, en 2014, fait valoir la Caisse, soulignant au passage une « hausse substantielle » de la demande.

« Il n'y a pas de changement pour nos employés et nous sommes heureux de voir que le financement est assuré », a pour sa part indiqué la directrice des communications de Ciment McInnis, Maryse Tremblay.

Réactions partagées à Québec

La ministre Dominique Anglade s'est réjouie de la prise de contrôle du projet par la Caisse de dépôt. « Ce nouveau montage [financier] respecte l'engagement pris par le gouvernement de ne pas investir de fonds publics additionnels », a-t-elle indiqué.

Quant à la Coalition avenir Québec (CAQ) et Québec solidaire, qui s'opposaient au projet dès le départ, leurs représentants n'ont pas tardé à exprimer leur mécontentement. 

Le chef de la CAQ, François Legault, exige des explications du premier ministre Philippe Couillard sur « les impacts importants de cette nouvelle structure de l'actionnariat sur l'investissement d'argent public ».

Québec solidaire estime pour sa part que « l'intervention de la Caisse de dépôt et placement n'a rien de rassurant ».

« Depuis le début de cette désastreuse aventure, Québec solidaire a prévenu le gouvernement qu'il n'aurait jamais dû financer et autoriser la mise en chantier de Ciment McInnis, le projet industriel le plus polluant de l'histoire du Québec », a rappelé la députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine