Retour

La Commission scolaire des Phares termine l'année avec un excédent

Ce résultat positif s'explique par trois principaux facteurs, selon le président Gaston Rioux : la hausse du financement en raison de l'augmentation de la clientèle handicapée ou en difficulté d'adaptation, une baisse de l'absentéisme du personnel ainsi la baisse du coût de l'énergie en raison d'un climat favorable l'hiver dernier.

À elle seule, la baisse de l’absentéisme du personnel a fait épargner à la commission scolaire presque 700 000 $. Quant à l’hiver clément de l’hiver dernier, il en est résulté une économie de 250 000 $ pour la commission scolaire.

« Également, souligne Gaston Rioux, il y a eu des journées de grève des enseignants qu’on n’a pas été obligés de rembourser au ministère. Le ministère nous a laissé ces sous-là! »

Ce sont des choses qui ne sont pas nécessairement récurrentes!

Gaston Rioux, président, Commission scolaire des Phares

Par contre, le financement supplémentaire obtenu en raison de l’augmentation des diagnostics des enfants en difficulté est de près de 500 000 $. « Ça oui, il y a un financement qui va être récurrent et qui va nous permettre de garder un certain espoir, mais aussi une certaine prudence pour le prochain exercice financier », a déclaré Gaston Rioux.

Et, justement ce prochain exercice, le président de la commission scolaire espère toujours le faire en équilibre.

Un équilibre encore fragile

La situation financière est donc plutôt encourageante surtout que le déficit accumulé a fondu considérablement.

On demeure avec un déficit accumulé de près de 450 000 $, même si cette année on a produit un budget équilibré après huit ans de budgets déficitaires!

Gaston Rioux, président, Commission scolaire des Phares

Gaston Rioux rappelle qu’il y a 2 ans à peine, le déficit prévu s'élevait à 5,5 millions de dollars, avec un déficit accumulé de 3 millions de dollars.

Le président de la commission scolaire souligne que ce résultat s'accompagne d'une augmentation de la réussite scolaire des élèves, ce qui démontre selon lui que les commissaires ont fait les bons choix en matière de réorganisation des services.

Plus d'articles