Retour

La crevette se fait plus rare au large de Sept-Îles

La saison de la pêche à la crevette connaît un début difficile au large de Sept-Îles, un mois après son ouverture. Les pêcheurs doivent effectuer de plus longs voyages en mer pour tenter de capturer le crustacé et les poissonniers doivent s'adapter en conséquence.

C'est un début de saison de pêche à la crevette difficile pour le pêcheur Jean-Pierre Element et ses collègues. Les débarquements ont été moins importants en avril, habituellement le mois le plus fructueux.

Jean-Pierre Element souligne également que c'est lors du mois d'avril qu'il en coûte normalement moins cher de déplacement pour les pêcheurs de crevette. Devant ce manque d'abondance, les pêcheurs s'adaptent et effectuent de plus longs voyages pour capturer le petit crustacé nordique.

Déplacement des marins

Néanmoins, d'autres pêcheurs ont décidé de quitter la région. C'est le cas d'un fournisseur de longue date du poissonnier Gilles Soucy.

Selon les chercheurs, l'écosystème des crevettes subit plusieurs changements, comme le réchauffement des fonds marins et le retour du sébaste dans le golfe du Saint-Laurent. Il est encore trop tôt toutefois pour en mesurer les impacts.

Le sébaste en cause ?

Les gens de l'industrie n'hésitent pas à montrer du doigt les principaux prédateurs de la crevette pour expliquer ce début de saison décevant.

« La crevette s'est probablement déplacée avec la venue du poisson rouge qui est de retour en bonne quantité et la morue aussi », souligne le poissonnier Gilles Soucy.

Malgré tout, les pêcheurs ont bon espoir de satisfaire leur quota de 12 606 tonnes, qui est semblable à celui de 2015.

Depuis les cinq dernières années, Pêches et Océans Canada observe une stabilité dans les stocks de crevettes dans l'est du pays.

D'après les informations de Charles-Alexandre Tisseyre

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine