Retour

La fabrication de masques pour s'ouvrir aux femmes d'ici et d'ailleurs

Au Bas -Saint-Laurent, un organisme d'éducation à la solidarité internationale tient des ateliers originaux pour favoriser une meilleure connaissance entre femmes d'ici et d'ailleurs.

Un texte de Laurence Gallant, d’après le reportage de Paul Huot

L'activité destinée aux femmes les invite à confectionner des masques en plâtre à partir du visage d'autres participantes : une manière de briser les barrières de la différence et de tisser des liens entre femmes.

L'activité, qui se tient aux quatre coins du Bas-Saint-Laurent, a été imaginée par le Carrefour international bas-laurentien pour l’engagement social (CIBLES). Sarah Charland-Faucher, la porte-parole de l'organisme, a constaté que les barrières culturelles sont souvent bien réelles.

« Les femmes d'origine québécoise nous ont dit : "oui, on a des préjugés, oui, des fois, on a peur de l'Islam, on a peur des immigrantes, de l'immigration en général, mais on n’en connaît pas, des femmes. Est-ce qu'on pourrait en rencontrer?" », raconte-t-elle.

L’une des participantes, la Marocaine Sarah Chetioui, habite au Québec depuis deux ans, et espère y rester. Elle a confectionné un masque à une Québécoise d'origine et apprécie cette façon originale de faire connaissance. Ce sentiment est partagé par toutes les autres femmes présentes à l'atelier.

De connaître plusieurs personnes, plusieurs cultures et plusieurs autres traditions, ça m'aide aussi à mieux me situer.

Sarah Chetioui, participante

Une autre participante, Laetitia Toanen, s’est dit interpelée par la considération humaine, un thème abordé lors de l’activité.

Avant d'être une femme, de porter une religion ou un drapeau, on est tous des humains. C'est quelque chose qui me parle vraiment beaucoup.

Laetitia Toanen, participante

De pas juste axer sur les différences […] on a beaucoup de similitudes, on vit des difficultés similaires et on peut s'entraider pour traverser ces difficultés.

Sarah Charland-Faucher, porte-parole du CIBLES

Les masques confectionnés à l'occasion de ces rencontres feront partie d'une exposition à la Galerie d’art Léonard-Parent de Rimouski dans quelques mois.

Plus d'articles