Retour

La Fédération québécoise des municipalités se positionne contre la fracturation sur Anticosti

Lors de son congrès annuel, la Fédération québécoise des municipalités (FQM) s'est positionnée contre le projet d'exploitation pétrolière à Anticosti et en faveur d'un plus grand support du gouvernement concernant l'accès aux technologies en région.

Les membres de la FQM ont appuyé à l'unanimité une résolution déposée par le maire d'Anticosti pour demander le retrait des trois permis de fracturation déjà accordés sur l'Île. La FQM demande aussi d'imposer un moratoire de cinq ans sur la fracturation sur Anticosti.

Le maire de la municipalité de l'Île-d'Anticosti, John Pineault, se réjouit de cet appui. Il critique à nouveau la position du premier ministre Philippe Couillard, qui a déclaré cette semaine que le dossier d'Anticosti se règlerait « par lui-même ». Il invite d'ailleurs le premier ministre à ne pas laisser traîner le dossier.

« Si au printemps, Pétrolia ou Hydrocarbures Anticosti se présente à Anticosti avec ses foreuses, il va y avoir une crise dans l'Est du Québec comme le gouvernement n'en a jamais vue. Ce n'est pas une menace, c'est la réalité », affirme le maire Pineault.

Par ailleurs, la FQM demande aux gouvernements fédéral et provincial de mettre en place rapidement un plan d'action pour améliorer l'accès à la téléphonie cellulaire ainsi qu'à Internet haute vitesse dans les régions.

Le sujet a été au coeur des discussions lors du congrès à Québec. Le président de la Fédération, Richard Lehoux, a rappelé que la vitalité économique des municipalités éloignées est en jeu.

En mai, le gouvernement du Québec a promis 100 millions de dollars pour la construction d'infrastructures qui permettront d'étendre l'accès à Internet à haute vitesse aux régions qui en sont toujours privées.

Plus d'articles