« On essaye de faire revivre le temps des grands voiliers », résume Louise Fortin, présidente de la 17e Fête des chants de marins de Saint-Jean-Port-Joli, qui se déroule tout le week-end dans la petite municipalité à mi-chemin entre Québec et Rivière-du-Loup.

Musique et chansons, mais aussi contes, complaintes, danses, gastronomie, conférences... La programmation a été prévue pour non seulement divertir, mais aussi pour rappeler l'histoire des marins.

« Les chants de marins, c'étaient des chants de travail sur ces grands voiliers-là », raconte Louise Fortin.

Plusieurs artistes d'ici et d'ailleurs sont de la fête, dont le conteur, chanteur et ethnologue Michel Faubert, la soprano Véronik Carrier, la harpiste Sonia Joannette, la poète Isabelle Miron et la compagnie Fleuve-Espace danse.

Cette dernière présente vendredi et samedi une création fort originale de la chorégraphe Chantal Caron, Hommes de vase, une représentation durant laquelle les danseurs s'exécutent en s'enduisant de boue.

Retour aux sources

Pour Louise Fortin, l'histoire derrière les complaintes et les chants de marins vaut grandement la peine d'être évoquée. Quand les matelots partaient en mer pour un an, raconte-t-elle, ils s'ennuyaient de leur blonde et ils écrivaient alors des complaintes.

Et ils chantaient. « Ça peut prendre cinq heures, lever une ancre avec un cabestan, alors ils chantaient. Chanter les aidait à avoir une cadence pour travailler, et il y avait toujours des musiciens, au moins un musicien, sur les grands voiliers dans le temps », explique Louise Fortin.

La Fête des chants de marins se termine dimanche.

Plus d'articles

Commentaires