Retour

La Foire aux malheurs dénonce la pauvreté des organismes communautaires en Matanie

Roue de l'infortune, tir de dards à l'aveugle, diseuses de malaventure avec de sombres prédictions. Les 16 organismes communautaires de la région de Matane ont trouvé une façon originale de dénoncer leur sous-financement : la foire aux malheurs.

Ils se joignent ainsi au mouvement de grève des groupes communautaires du Québec qui a eu lieu lundi et se poursuivra mardi. Une centaine d'organismes de l'Est du Québec ont répondu à l'appel. Ils sont près de 1300 au Québec à être inscrits aux activités de la grève.

À bout de souffle, les organismes communautaires de la Matanie disent avoir peine à offrir leurs services.

Un autre service est menacé si le gouvernement ne le finance pas adéquatement : les 2000 dépannages alimentaires qu'effectue la Cuisine collective de la région de Matane chaque année.

Le Centre d'action bénévole se voit aussi contraint de restreindre ses services.

Quant au Regroupement des femmes de la région de Matane, il n'a plus que trois employées pour desservir toute la MRC.

Les 3000 groupes communautaires qui oeuvrent dans le secteur de la santé et des services sociaux du Québec se partagent 400 millions de dollars. Selon les organismes, le manque à gagner pour leur financement annuel est de 225 millions de dollars.

Plusieurs craignent que le manque de financement les force à fermer une partie de l'année ou, peut-être, les fasse carrément disparaître.

D'après le reportage de Jean-François Deschênes

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine