Retour

La forêt boréale sous la loupe de scientifiques internationaux à Sept-Îles

Trente scientifiques des États-Unis, de la Scandinavie et d'ailleurs au Canada sont réunis à Sept-Îles, cette semaine, pour discuter des effets des changements climatiques sur les ravageurs de la forêt boréale.

Ils participent à une conférence de l'Union internationale des instituts de recherches forestières, dont la mission est notamment de promouvoir la coopération entre chercheurs de différents pays.

Le scientifique Pierre Bernier, qui participe à la rencontre, indique que la Côte-Nord est une région idéale pour tenir ce type de conférence en raison de l'infestation de la tordeuse des bourgeons de l'épinette qui s'attaque aux forêts.

Des sorties sur le terrain sont d'ailleurs prévues pour permettre aux scientifiques d'observer la forêt nord-côtière.

« On veut bien comprendre les mécanismes de la tordeuse et comment elle va changer à l'avenir pour mieux planifier les stratégies [de prévention] », ajoute un autre participant de la conférence, Daniel Kneeshaw. 

Les chercheurs vont aussi étudier les impacts socioéconomiques et écologiques de cette infestation. 

Jusqu'à vendredi, ils vont présenter les résultats de leurs recherches sur les insectes qui s'attaquent à la forêt boréale.

Un insecte ravageur

L'infestation de la tordeuse des bourgeons de l'épinette touche les forêts de la Côte-Nord depuis 2006 et s'étend vers l'ouest et le sud-est de la province.

Elle représente une sérieuse menace pour les grandes forêts d'épinettes noires, qui récupèrent moins bien que les sapinières quand l'insecte quitte la région.

Il y a plus de 6,5 millions d'hectares défoliés au Québec en raison de l'infestation, dont la moitié se trouve sur la Côte-Nord, selon Daniel Kneeshaw.

Plus d'articles

Vidéo du jour


9 choses à savoir sur Meghan Markle