Retour

La mairesse de Chandler nie avoir tenté de cacher de l'argent

La mairesse de Chandler, Louissette Langlois, nie avoir demandé au trésorier de la Ville de cacher 135 000 $ pour créer deux postes, un d'ingénieur et un de greffier. Depuis le jugement de la Commission municipale du Québec, elle multiplie les entrevues pour expliquer sa version des faits.

Un texte de Jean-François Deschênes

Louisette Langlois tient à préciser qu'elle avait plutôt demandé des scénarios de prévision budgétaire à son trésorier pour l'année 2014. Pour elle, il est clair que ses intentions étaient bonnes. « Vous savez le maire, en vertu de la loi, est responsable de l'administration de la Ville.

« Il est en fait, le chef exécutif alors je pense que dans l'intérêt des citoyens, je me dois de voir à des scénarios qui permettent de mieux gérer la ville. »

Selon elle, la discussion au sujet de la création du poste d'ingénieur était connue.

« C'est une discussion qu'on avait eue depuis plusieurs années. J'ai été maire de 2009 à 2013 et un poste d'ingénierie ça se parlait à cette période-là. Et d'ailleurs il a déjà été affiché ce poste-là. »

Suspension de 30 jours

Toutefois, elle « respecte » le verdict des juges qui lui reprochent de ne pas avoir suivi la « ligne hiérarchique au sein de la Ville ». Dans le jugement, il est aussi écrit que madame Langlois n'a pas eu de « communications franches, transparentes et honnêtes envers les membres du conseil et le directeur général. » au sujet de la demande d'ajouter 135 000 $ aux prévisions budgétaires. Ainsi, les juges affirment que la mairesse a contrevenu à l'article du code d'éthique et de déontologie à l'intention des élus en matière de transparence.

Elle ne peut pas en appeler de la décision de la Commission municipale. Elle réfléchit à des possibilités pour contester la décision.

Louisette Langlois se dit victime d'une campagne de salissage de la part du conseiller Luc Legresley, qui est à l'origine de la plainte à la Commission municipale du Québec. À son tour, elle veut déposer une plainte à la Commission, contre lui.

La Commission municipale étudie une autre plainte contre la mairesse déposée par un ancien conseiller.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine