La Commission municipale du Québec suspend la mairesse de Chandler, Louisette Langlois, sans salaire pour une durée de 30 jours. Cette suspension entrera en vigueur le premier juin prochain.

Un texte de Jean-François Deschênes

Les juges administratifs de la Commission, Sandra Bilodeau et Nancy Lavoie, reprochent à la mairesse d'avoir demandé au trésorier d'ajouter 135 000 $ aux prévisions budgétaires 2014 et de ne pas avoir respecté la « ligne hiérarchique au sein de la Ville », pour ce faire.

Selon les juges, madame Langlois a contourné cette règle en toute connaissance de cause, ce qui ajoute à la gravité de l'acte.

Dans le jugement, il est écrit qu'il est clair selon la preuve que la mairesse a demandé au trésorier de prévoir ce montant pour des postes d'ingénieur et de greffier et qu'il devait taire cette demande. Selon les juges administratifs, la preuve révèle aussi qu'il a « camouflé ce montant aux fonds de voirie », mais en requérant de la mairesse qu'elle en parle aux autres membres du conseil.

Dans la décision, les juges ajoutent que madame Langlois n'a pas eu de « communications franches, transparentes et honnêtes envers les membres du conseil et le directeur général. » en lien avec la demande d'ajouter 135 000 $ aux prévisions budgétaires. Ainsi, les juges affirment que la mairesse a contrevenu à l'article du code d'éthique et de déontologie à l'intention des élus en matière de transparence.

La mairesse Langlois a été jointe, mais n'a pas voulu accorder d'entrevue. Elle a cependant affirmé qu'elle « est à examiner d'autres options avec le procureur. » 

On ignore si elle entend contester cette la décision.

Décision satisfaisante

Luc Legresley qui est conseiller à la ville et qui a porté plainte à la Commission est satisfait de la décision. « Je suis convaincu qu'on pourra terminer ce mandat de bonne manière. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine