Retour

La maladie de Lyme de plus en plus présente au Bas-Saint-Laurent

De plus en plus de tiques porteuses de la maladie de Lyme sont découvertes au Bas-Saint-Laurent. Au cours des derniers mois, des vétérinaires de la région de Rivière-du-Loup ont reçu de nombreuses tiques contaminées.

Depuis quelques années, des tiques infectées étaient retrouvées seulement dans des régions limitrophes à la frontière des États-Unis.

Mais depuis la fin de la saison estivale, le Kamouraska est également touché par ce problème. Un chien de Sainte-Hélène-de-Kamouraska a même développé la maladie.

Selon la vétérinaire Heidi Pomerleau de l'Hôpital vétérinaire de Rivière-du-Loup, les changements climatiques pourraient être en cause. Son équipe a remarqué une hausse marquée du nombre de parasites sur les animaux au cours des derniers mois.

Sans parler de pandémie, elle invite les propriétaires de chiens à être vigilants et à apporter toutes les tiques trouvées sur leurs animaux à un vétérinaire. Des tests faits en laboratoires peuvent permettre de déterminer si la tique retrouvée porte la maladie de Lyme.

Nous essayons de trouver comment on peut ralentir la propagation de cette tique pour éviter, ultimement, des maladies pour les humains.

Heidi Pomerleau, vétérinaire

Des tests sanguins peuvent permettre de déterminer si un animal a été en contact avec la maladie. S'il la développe et qu'elle n'est pas soignée, le chien peut se retrouver avec des problèmes articulaires ou encore des problèmes de reins.

Recrudescence des cas au Québec

Selon des données de l'Institut national de la santé publique du Québec, le nombre de cas confirmés de la maladie de Lyme est en hausse depuis 15 ans au Québec.

Entre 2004 et 2010, moins de 14 cas étaient déclarés chaque année mais en 2014, l'INSPQ a dénombré 126 cas de maladie de Lyme chez l'humain. En 2015, c'est 160 cas qui ont été répertoriés.

Pour le moment, aucun cas de maladie contractée dans l'Est du Québec n'a été recensé, mais selon le médecin-conseil à la Direction de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, Claude Gauthier, ce n'est qu'une question de temps.

Depuis quelques années, il sensibilise les médecins de la région. Une consultation rapide permet aux gens qui ont été mordus par une tique infectée d'être traités avec des antibiotiques rapidement. Lorsque le patient tarde à rencontrer un médecin. la situation peut dégénérer dans les mois ou les années qui suivent.

Un patient peut se retrouver avec des maux de tête, des problèmes articulaires ou encore des encéphalites.

Claude Gauthier, médecin-conseil, Santé publique du Québec

Selon le porte-parole de la santé publique, la meilleure façon pour une personne d'éviter des problèmes est d'examiner si une tique se retrouve sur son corps après avoir travaillé dans l'herbe longue ou encore en forêt. Le port de bottes et de pantalons longs peut également éviter les morsures d'une tique.

Pour les animaux, les vétérinaires recommandent de brosser l'animal après une sortie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine