Retour

La MRC de la Matanie réfléchit à l’avenir de ses villages

Les maires de la MRC de la Matanie se rencontreront en mai pour analyser quels sont les services qu'ils pourraient partager.

Un texte de Joane Bérubé

Tout est sur la table, y compris d’éventuelles fusions, indique le préfet de la MRC de la Matanie, André Morin. L’objectif est de réduire les coûts pour les petites municipalités, dont plusieurs sont aux prises avec un vieillissement accéléré de la population.

Toutes les municipalités sont également loties de la même manière. « Alors que voulons-nous être, demande André Morin, on peut tous garder notre petite couleur locale, mais si on veut regarder comment on peut prendre les taxes de quelqu’un à Grosses-Roches et d’en faire la meilleure utilisation possible et de lui en donner le plus possible, c’est ça qu’il faut qu’on trouve. »

La décroissance de la population est un souci supplémentaire. « Juste à Grosses-Roches, depuis que je suis maire, on est passé de 411 à 377 personnes », relève M. Morin.

Beaucoup de personnes âgées vont quitter le village pour s’installer en appartement plus près des services ou de leurs enfants. « Ça se vide et ça ne se remplace pas beaucoup », constate le préfet. De plus, quand il y a de nouveaux arrivants, ce sont aussi des personnes âgées qui partent de la ville pour s’installer en bordure du fleuve, en campagne où c’est moins cher, poursuit M. Morin.

De plus, décroissance et vieillissement obligent, ce sont les bénévoles qui commencent à manquer. « Ça fond comme neige au soleil, on a de la misère à recruter », constate M. Morin.

Cette mutation oblige les maires à se pencher sur ce que les municipalités peuvent offrir, notamment dans un contexte où presque tous les services de proximité ont disparu. « Il ne faut pas regarder ça seulement aujourd’hui, mais penser à dans cinq ans d’ici », souligne M. Morin.

Ce n’est pas la première fois que les maires de la Matanie réfléchissent à des regroupements. Depuis 2010, certaines municipalités ont mis en commun des opérations comme le déneigement, d’autres partagent des contrats comme le service d’entretien de l’eau et d’égout.

Les municipalités de Saint-Jean-de-Cherbourg, de Grosses-Roches et de Sainte-Félicité travaillent déjà depuis plusieurs mois à développer une mise en commun de leurs services.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine