Retour

La pêche au crabe des neiges s'amorce dans la zone 16

Le froid et le vent ont compliqué le début de la saison de pêche au crabe des neiges dans la zone 16, qui s'étend de Pointe-des-Monts à Natashquan.

Certains pêcheurs sont demeurés à quai à Sept-Îles, tandis que d'autres ont pris le large, comme Yvan Cloutier, le président du comité de cogestion des crabiers de la zone 16. De son côté, le président de l'Office des pêcheurs de crabe de la zone 16, Ian Briand, attendra de meilleures conditions météorologiques avant de prendre la mer.

Yvan Cloutier craint que les prix au débarquement soient moins intéressants pour les pêcheurs que prévu. « Les usines se sont mises ensemble pour ne pas que les prix remontent. Ils ont fait comme un genre de pacte ensemble », avance-t-il. 

Les prix au débarquement ne sont pas encore fixés

Dans la zone 16, les pêcheurs ont établi un plan conjoint avec l'accord de la Régie des marchés agricoles. Les pêcheurs de crabe ont donc un négociateur pour les représenter et les acheteurs ont aussi le leur afin de fixer ensemble les prix au débarquement.

Auparavant, chaque pêcheur devait négocier individuellement son prix avec chaque acheteur, fait remarquer le professeur d'économie en gestion des ressources maritimes Claude Rioux.

S'ils ne s'entendent pas, c'est la Régie des marchés agricoles qui fixera les prix. Elle tiendra en compte du prix qui est établi ailleurs, de l'abondance du crabe et du coût du transport.

Mésentente sur le prix

L'Association québécoise de l'industrie de la pêche (AQIP) soutient que d'importants écarts persistent entre les industriels et les pêcheurs de crabe dans la zone 16 au sujet du prix de la ressource au débarquement.

Selon l'Association, des négociations ont eu lieu au cours des dernières semaines, mais les deux parties ne pas encore parvenues à s'entendre sur un prix.

Le directeur général de l'AQIP, Jean-Paul Gagné, indique que les industriels proposent un prix au débarquement de près de 6 $ le kilogramme pour les trois premières semaines de pêche.

Selon lui, le taux de change est au coeur de la mésentente.

L'an dernier, les pêcheurs ont obtenu 5,50 $ le kilogramme, comparativement à 6 $ dans le sud du golfe du Saint-Laurent.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine