L'augmentation du quota de crabe de 19 171 tonnes à 43 822 tonnes dans une partie du golfe Saint-Laurent réjouit pêcheurs et transformateurs de la Gaspésie

Un texte de Jean-François Deschênes

Pour le président de l'Association des crabiers gaspésiens, Daniel Desbois, cette augmentation est une bonne nouvelle, d'autant plus que le prix sera certainement meilleur que l'an dernier, selon lui. La dernière saison s'est terminée avec un prix payé au débarquement d'environ 3,75 $. « C’est pas du jamais vu, mais presque », dit-il.

Le quota pour les communautés autochtones augmentera aussi pour atteindre un total de 1100 tonnes, ce qui correspond à 2,5 % du contingent total. Ottawa confirme que les communautés micmaques gaspésiennes sont concernées par cette nouvelle, sans toutefois préciser quelle quantité elles pourront récolter.

Daniel Desbois attend d'avoir les détails avant de prendre position sur cette partie de l'annonce d'Ottawa. Il se demande, entre autres, si l'augmentation perdurera dans le temps? Si oui, quelle sera la quantité qui sera allouée aux autochtones? « Ça serait une première si tu donnes quelque chose à quelqu’un et après ça tu lui enlèves. »

Une quarantaine de membres font partie de l'Association des crabiers gaspésiens.

« Il faut être prêt! »

Pour le président de l'usine de transformation de crabe E. Gagnon et fils, Bill Sheehan, il s'agira d'un débarquement record. Environ 13 millions de livres seront transformées cette année dans les deux usines, le double de l'an dernier. Pour gérer ce surplus, le gestionnaire ne prévoit pas engager d'avantages d'employés. Les 325 personnes qui travaillent en usine suffiront, parce que les espaces de travail ne peuvent pas être agrandis.

Les usines de la région devront collaborer entre elles, dit M. Sheehan. Le président croit aussi qu'un horaire de débarquement sera nécessaire pour bien gérer ce flot de crabes. « Je dirais qu’on va peut-être plus servir nous autres de valve, de soupape pour certaines usines. On pense même qu'après une couple de semaines on serait en mesure de prendre les surplus d’autres usines. »

Le pêcheur croit qu'il pourra lancer la saison de pêche autour du 20 avril.

Plus d'articles

Commentaires