Retour

La Pointe-de-Moisie subira une cure de jouvence

Après une occupation illégale qui a duré plus d'une vingtaine d'années, la Pointe de Moisie, près de Sept-Îles, subira une cure de jouvence. Le Conseil régional de l'environnement de la Côte-Nord prépare un projet d'envergure pour freiner l'érosion et réparer une partie des dommages causés par l'homme sur ce site d'intérêt pour la faune et la flore.

La Pointe de Moisie est depuis longtemps une halte de choix pour 175 espèces d'oiseaux qui s'arrêtent dans ces quelque 3 kilomètres carrés. Ce milieu de vie, toutefois, est menacé.

« Le site pourrait être voué à s'effriter de plus en plus, donc on va perdre des superficies d'habitat qui sont importantes pour les oiseaux qui s'y trouvent, autant pour leur alimentation que pour leur nidification ou halte de repos », explique la chargée de dossier en conservation pour le Conseil régional de l'environnement de la Côte-Nord, Marie-Michelle Morneau.

Une vingtaine d'années à rattraper

L'activité humaine est aussi une source de dérangement pour la faune du secteur. Pendant plus d'une vingtaine d'années, des campements illégaux ont été installés sur le site, ce qui a contribué à fragiliser le sol. C'est pour protéger ce milieu sensible que le Conseil régional de l'environnement prépare un vaste projet de restauration.

« On va faire de la plantation d'Élyme des sables et d'ammophile à ligule courte qui sont des plantes qu'on retrouve ici naturellement et qui sont très importantes pour la stabilisation du sol par leur grand système racinaire », précise Marie-Michelle Morneau.

Dès le printemps prochain, des activités de sensibilisation sont aussi prévues pour permettre aux citoyens de découvrir la biodiversité de la Pointe de Moisie et appendre à la protéger.

« On a beaucoup parlé de cette pointe-là, des squatters, des quatre-roues, mais il faut comprendre ce qu'il y a à protéger, et comme je le dis, c'est un site exceptionnel donc on doit le publiciser, en parler et faire ça tout le monde en ensemble en mettant la population dans le coup », explique le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier.

Une consultation est d'ailleurs prévue cet hiver pour inclure les citoyens de la Ville dans ce projet de préservation.

D'après les informations de Katy Larouche

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque