Retour

La première école d’agriculture du Canada est à vendre

Pour le moment, les démarches de Francine Leclerc n'ont toutefois pas suscité les réactions escomptées.

Voisine du Cégep de La Pocatière, la résidence n'attire pas nécessairement les regards, mais c’est à cet endroit qu'est née la première école d'agriculture du pays. Une école qui est ensuite devenue l'Institut de technologie agroalimentaire (ITA) de La Pocatière.

Au plus fort de ses activités, plus de 80 jeunes d'un peu partout au Québec venaient y étudier.

L'abbé Pilote avait exigé que les enfants aient au moins 16 ans, qu'ils sachent lire et écrire et faire leur règle de trois. C'était la base pour venir étudier à l'école d'agriculture.

Francine Leclerc, propriétaire de l'édifice

Francine Leclerc en est la propriétaire depuis 1981. Depuis, elle restaure l'édifice où se trouve sa résidence, une maison de chambre et un salon d'esthétique.

Malgré ces changements, la fondation de la maison en pierre est encore visible au sous-sol et les poutres en bois témoignent de leur âge.

Au fil des ans, plusieurs murs ont été refaits en planches pour garder le cachet de l'ancienne école, les fenêtres aussi.

Des démarches qui stagnent

Maintenant dans la soixantaine, Francine Leclerc souhaite vendre l’édifice.

Elle dit avoir sondé l'intérêt des élus. Son souhait : que cette résidence soit ouverte au public pour faire connaître son histoire et celle de La Pocatière.

Avant que les différents paliers de gouvernement s'intéressent à la maison, il faut qu'il y ait une volonté du milieu puis ça n'a pas bougé.

Francine Leclerc

Le député de Côte-du-Sud, Norbert Morin, et la Ville de La Pocatière ne ferment pas la porte à un projet plus large. Des démarches ont d'ailleurs été entreprises par la Ville pour trouver des partenaires en vue d'un éventuel projet.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?