Accusée du meurtre au second degré de son mari, Johanne Johnson a été condamnée ce matin à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 11 ans.

La juge Michelle Lacroix s'est ainsi rendue aux arguments de la Couronne qui réclamait une libération conditionnelle au-delà de la période minimale de 10 ans.

L'avocat de la Couronne, Gérald Maltais, précise qu'il lui sera aussi interdit d'avoir des armes à feu à vie et qu'elle aura l'obligation de fournir des échantillons d'ADN pour la Banque nationale de données génétiques de la GRC.

À l'écoute de la peine, l'accusée est apparue sereine et souriante.

Lors du verdict de culpabilité rendu samedi par le jury, l'avocat de Mme Johnson, Rodrigue Beauchesne, a fait savoir qu'il entendait aller en appel de cette décision et demander rapidement la libération de sa cliente. « En réalité on prévoyait le deuxième degré, avec peur du premier degré, comme une réussite depuis la fin de ce Mr. Big », a alors commenté le procureur. 

James Dubé a été retrouvé mort d'une balle dans la tête le 30 avril 1998 à son domicile de Grande-Rivière. Àl'époque des faits, Mme Johnson était considérée comme la principale suspecte par les policiers qui ne disposaient pas des éléments nécessaires pour précéder à son arrestation.  L'unité des crimes non résolus l'a arrêtée, en 2013, à la suite d'aveux effectués dans le cadre de l'enquête de type Mr. Big. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine