Retour

La réforme Optilab se précise, les syndicats toujours inquiets 

Des syndicats du réseau de la santé de l'Est du Québec dénoncent l'implantation du projet Optilab. La centralisation des laboratoires de biologie médicale de la province ira de l'avant, ont-ils appris ce matin de la part des Centres intégrés de santé et de services sociaux.

Il s'agit d'un projet controversé au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, parce qu'il confiera à l'hôpital de Rimouski 70 % des analyses de laboratoire des deux régions.

Les syndicats s'inquiètent de la sécurité des prélèvements, qui devront être transportés d'un hôpital à l'autre. Ils expriment également des inquiétudes quant au maintien des emplois.

« Il y aura des abolitions d'heures et de postes, l'équivalent de 10 à 20 % au niveau régional. C'est encore une épée de Damoclès que les travailleuses des laboratoires ont au-dessus de la tête », se désole le président de l'Alliance professionnelle de la santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent, Sylvain Lirette.

La CSN parle quant à elle d'une diminution de 20 % des heures travaillées sur cinq ans.

Sur la Côte-Nord, cette centralisation se traduira par le transfert d'un poste de direction et la gestion du budget des analyses biomédicales au Saguenay d'ici le 1er avril.

Par ailleurs, tous les employés des laboratoires de la Côte-Nord relèveront du Centre intégré de santé et de services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean également à compter de la même date.

Le représentant politique de l'APTS de la Côte-Nord, Sylvain Sirois, maintient l'idée que les services nord-côtiers devraient être desservis par les hôpitaux de la Côte-Nord.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine