Retour

La réussite scolaire chez les étudiants autochtones

Malgré un taux de décrochage élevé au secondaire, une centaine d'étudiants issus des Premières Nations entrent chaque année au Cégep de Sept-Îles.

David Jean-Pierre est l'un des six étudiants de l'École secondaire Manikanetish, à Uahsat, qui a obtenu son diplôme d'études secondaire en juin. Il prépare sa rentrée au Cégep de Sept-Îles. C'est le sport qui a permis à ce jeune étudiant d'éviter le décrochage scolaire, « je suis resté en contact avec l'école à cause de ça », a-t-il déclaré.

Wanda Vachon arrive de Schefferville. Elle va aussi étudier au Cégep de Sept-Îles. Après avoir abandonné ses études, elle a décidé de repartir à zéro.

Des étudiants encadrés

Le taux de réussite chez les étudiants autochtones est inférieur de 20 % a celui des aux autres étudiants, selon la direction du Cégep de Sept-Îles.

Technicienne en éducation spécialisée, Marie Mckenzie explique que le Cégep met tout en oeuvre pour accompagner ces étudiants.

« On offre le centre d'aide en français et le centre d'aide en philosophie, mais on veut aussi créer des groupes d'études avec eux et d'autres étudiants », a-t-elle précisé.

Près de la moitié des étudiants innus choisissent un programme de formation continue d'un an, qui est centré sur les besoins du marché de l'emploi.

D'après un reportage de Katy Larouche

Plus d'articles

Commentaires