Retour

La saison de pêche blanche est menacée à Rimouski, du jamais vu

Depuis jeudi, les pêcheurs peuvent se rendre à pied sur la banquise à l'embouchure de la rivière Rimouski pour taquiner l'éperlan. Le temps doux et les grandes marées des prochains jours pourraient toutefois forcer l'Association des pêcheurs d'éperlans à interrompre la saison pour de bon.

Un texte de Sébastien Desrosiers

La glace sur la banquise à l'embouchure de la rivière Rimouski a finalement atteint l'épaisseur minimale de 20 centimètres. L'Association des pêcheurs d'éperlans a dû mettre en place un périmètre, marqué par des balises rouges, au-delà duquel il est dangereux pour les pêcheurs de s'aventurer.

Pas question toutefois d'installer les fameuses cabanes pour l'instant et il pourrait ne pas y en avoir de la saison sur la banquise si le temps doux persiste. 

« Depuis le début de la pêche ici, depuis 2000, c'est la première qu'il n'y pas de cabanes, assure le président de l'Association, Gaston Dionne. On est chanceux de pouvoir pêcher à pied présentement, je pense que les gens l'apprécient bien gros, mais ça ne s'est jamais vu à date qu'il n'y ait pas de cabane sur la banquise. »

« Il y a peut-être sept ou huit ans, on avait mis les cabanes à la fin de janvier, mais cette année on est rendu à la fin janvier puis les cabanes on n'y pense pas. Tant qu'on n'aura pas de pont de glace jusqu'à l'île Saint-Barnabé, on met pas de cabane », précise Michel Bélanger, secrétaire-trésorier à l'Association.

Avec la pluie et les températures douces prévues dans les prochains jours, le pont pourrait ne jamais se former. Pire encore, la saison pourrait être complètement interrompue.

« On s'en va dans un régime de grandes marées, des marées de 14 pieds et plus, à ce moment-là la glace monte plus haut, elle se décolle de la rive et elle peut partir facilement », explique Gaston Dionne. « On commence à être tard en saison, ce qui fait que la saison durera possiblement pas encore très longtemps. »

Cette incertitude fait mal à l'Association des pêcheurs d'éperlans de la rivière Rimouski qui a investi temps et argent dans la préparation du terrain.

« L'an passé, on avait 200 membres, d'habitude on joue dans les 200 membres, mais là cette année on a seulement 75 membres qui se sont enregistrés à l'heure actuelle », précise Michel Bélanger.

Un comité de sécurité réévaluera la situation dans les prochains jours.

Plus d'articles

Commentaires