Cette semaine, dans notre coup d'oeil de l'actualité régionale : l'impact du Partenariat transpacifique sur les producteurs laitiers du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, de grands coeurs pour un coeur malade, des apprenties pompières, la fin d'une époque en Haute-Gaspésie et le départ du Camille-Marcoux. 

LUNDI 5 OCTOBRE

Les producteurs laitiers régionaux redoutent de lourdes pertes à la suite de la signature de l'entente sur le Partenariat transpacifique. Le président de l'Association des producteurs laitiers de la Gaspésie, Normand Barriault, parle d'une attaque directe envers le système de gestion de l'offre, qui garantit aux producteurs des revenus stables. 

MARDI 6 OCTOBRE

La communauté de Sept-Îles se mobilise pour aider un père de famille qui se bat contre une rare maladie du coeur. En attente d'une greffe, Luc Vallières devra quitter sa famille pendant deux ans pour recevoir des soins à Québec, un déménagement qui engendre des frais de 30 000 $. Son état de santé a suscité un élan de solidarité : une campagne de financement sur le web a récolté en date du 9 octobre 2015 plus de 1 400 $ et un spectacle-bénéfice a eu lieu vendredi.

MERCREDI 7 OCTOBRE

Quatre jeunes écolières à Rimouski se sont initiées au métier de pompier le temps d'une journée. Elles ont notamment participé à un exercice d'évacuation à la Plaza Arthur Buies. Les filles de 7 à 11 ans ont remporté le concours « Pompiers d'un jour » organisé chaque année depuis plus de 10 ans par le Service de sécurité incendie de la Ville de Rimouski. 

JEUDI 8 OCTOBRE

L'annonce de la fermeture du musée Exploramer à Sainte-Anne-des-Monts a donné lieu à des scènes émouvantes. Le président du conseil d'administration du musée, Gilles Thériault, a serré dans ses bras la mairesse Micheline Pelletier au terme de la conférence de presse. Tous deux parlent d'une perte énorme pour la Haute-Gaspésie. Au total, 26 employés seront licenciés et les actifs du musée seront liquidés. La mairesse de Sainte-Anne-des-Monts ne baisse toutefois pas les bras : elle envisage une relance l'an prochain, même si l'espoir d'une réouverture semble mince.

VENDREDI 9 OCTOBRE

Le traversier Camille-Marcoux a quitté Matane dans la nuit de jeudi à vendredi possiblement pour la dernière fois. En toute discrétion, le navire qui reliait la Gaspésie à la Côte-Nord a pris la direction du port de Québec. La Société des traversiers n'a tenu aucune activité pour marquer le départ du bateau. Elle précise que ce transfert à Québec a été devancé pour réduire les coûts de maintien des effectifs à Matane. Le Camille-Marcoux, qui était en service depuis 40 ans, est jugé apte à assurer le service en cas d'urgence. Une nouvelle réglementation fédérale prévoit toutefois une limite d'accueil réduite à compter du 1er janvier 2016.

Plus d'articles

Commentaires