Retour

La technologie au service de la gestion des déchets

Quand la gestion des matières résiduelles représente 15 % des budgets municipaux, il est normal que les élus s'y intéressent sérieusement. Le défi de diminuer cette facture est encore plus important en région, notamment en raison de l'étendue du territoire à couvrir.

Un texte de Joane BérubéApprendre aux citoyens à mettre les bonnes choses dans les bons bacs fait aussi partie des enjeux puisque que cela permet de développer des filières autres que celle de l’enfouissement.

C’est pourquoi la MRC de Rocher-Percé a installé des puces électroniques sur les bacs. « La puce ne dit pas ce qui est dans le bac, mais donne des indications sur qui participe à la collecte du bac bleu et qui participe à la récupération du bac brun », explique Nathalie Drapeau, directrice générale de la Régie du traitement des matières résiduelles de la Gaspésie. Les informations recueillies permettront de mieux cibler les campagnes d’information.

Actuellement, 85 % des résidents de la MRC utilisent leur bac bleu et 50 % leur bac brun. L’installation des puces électroniques devrait s’effectuer au printemps dans la MRC de la Côte-de-Gaspé.

La MRC envoie aussi des messages textes aux citoyens qui téléchargent l’application pour leur rappeler les moments de la cueillette des déchets.

La MRC affine aussi ses techniques de compostage notamment pour réduire la facture de traitement des eaux d’écoulement des matières en putréfaction. « En soi ce n’est pas un contaminant, mais on ne peut pas rejeter ça dans l’environnement », explique Mme Drapeau.

La MRC a donc aménagé une plantation de quatre hectares de saules à proximité du site de compostage. Les saules absorberont les eaux d’écoulement, mais leurs copeaux seront aussi utilisés pour le compostage.

Cette technique est aussi utilisée à Rimouski, au Bas-Saint-Laurent.

Plus d'articles