Le maire de Rimouski, Marc Parent, souhaite que les villes obtiennent le pouvoir de déployer des radars-photos sur leur territoire pour réduire les excès de vitesse. Il a soumis cette proposition dans le cadre des consultations publiques sur la sécurité routière menées par la Société d'assurance-automobile du Québec (SAAQ).

Le maire voudrait que les villes aient l’autorité d’utiliser des radars photo qui pourraient être déplacés d’un endroit à l’autre selon les besoins.

On sait que ces radars-là sont extrêmement efficaces pour diminuer les vitesses des automobilistes et on aimerait que les municipalités puissent avoir dans leur coffre à outils, cet objet-là également.

Marc Parent, maire de Rimouski

M. Parent voudrait également que la limite de vitesse maximale dans les quartiers résidentiels des villes puisse être réduite de 50 à 40 km/h sans l’ajout obligatoire de panneaux qui indiquent la limite de vitesse.

Cyclistes et pistes cyclables

Le maire réclame de Québec de nouveaux pouvoirs pour forcer les cyclistes à utiliser les pistes cyclables lorsque les infrastructures existent et pour imposer des amendes à ceux qui ne respectent pas cette façon de faire.

L’association Rimouski Ville cyclable appelle toutefois à une réglementation éclairée, puisque les pistes cyclables ont une vocation plus récréative et conviennent moins aux cyclistes d’expérience qui utilisent leur vélo pour faire du transport actif.

Si on a quelqu’un qui roule très vite sur une piste cyclable, assez vite pour être presque au travers des voitures, pourquoi on prendrait le risque de blesser des enfants et des personnes âgées?

Jean-François Bérubé, vice-président aux communications de l’association Rimouski Ville cyclable

La consultation publique de la SAAQ se poursuit à l'Hôtel Rimouski jusqu'à 21 h 20 lundi.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine