Retour

Lac à l'Anguille : pas de changement, mais des expériences positives

Les solutions expérimentées au Lac à l'Anguille de Saint-Anaclet-de-Lessard depuis près de 10 ans présentent des aspects positifs, mais n'ont pas permis de réduire le taux de phosphore du plan d'eau.

Un texte de Richard Lavoie

Le bilan tracé par l'Association de la protection de l'environnement du Lac à l'Anguille fait état de résultats encourageants en ce qui concerne l'îlot flottant et le marais filtrant installés à titre expérimental en 2008.

On a ainsi découvert qu’il faudrait recouvrir plus de 3 % du lac avec des îlots végétaux flottants pour améliorer l’état du lac. En ce qui concerne le marais filtrant, l’association conclut qu’il peut jouer un rôle essentiel dans l’épuration naturelle des eaux.

Le phénomène des algues bleu-vert demeure toutefois aussi préoccupant qu'avant, même si le problème semble avoir été stabilisé selon le président André Lévesque.

Pas de changement

« Il est demeuré au même niveau. Il faut se poser la question, il y a eu des interventions de fait, s'il n'y avait pas eu d'interventions de faites où en serions-nous? C'est ça qui est difficile à contrôler! »

Selon André Lévesque, la solution à long terme demeure la réduction à la source du phosphore dans le lac, ce à quoi l'association va s'attaquer dans son prochain plan d'intervention.

« Les prochaines interventions qu'on pourra faire, c'est d'arriver à fixer un pourcentage de phosphore à réduire », précise André Lévesque.

Les installations septiques défectueuses, l'état de la bande riveraine et l'activité agricole figurent parmi les principales sources de phosphore identifiées par l'association.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine