Retour

Lac Saint-Pierre : un comité citoyen vient à bout des algues bleues

Le dicton veut que chaque petit geste compte pour protéger l'environnement. C'est le principe qu'ont mis en application les propriétaires riverains du lac Saint-Pierre, dans le Kamouraska. En 10 ans, ils ont réussi à améliorer la qualité de l'eau de leur lac, qui était envahi par les algues bleues.

En 2006, le lac Saint-Pierre a été envahi par des algues bleues, comme des dizaines d'autres lacs au Québec.

Ça a duré à peu près deux trois ans. Mais comme on avait déjà un comité de protection de l'environnement, que je présidais à l'époque, on était prêts à agir.

Clément Massé, secrétaire de l'Association des propriétaires du lac Saint-Pierre

Pour remédier à ce problème, la cinquantaine de propriétaires riverains du lac Saint-Pierre ont progressivement éliminé les savons avec phosphores, remis aux normes une quinzaine de fosses septiques, modifié certains enrochements, et limité l'utilisation de bateaux à moteurs sur le lac.

Ces démarches ont couté 225 000 dollars, une facture payée en grande partie par Québec. La démarche a porté fruit, selon Clément Massé : « Je peux vous dire que depuis au moins six sept ans, à l'occasion, quelques petites fleurs, mais généralement le phénomène est enrayé. »

C'est sûr qu'on est fiers de ça! [...] C'est une question de respect.

Clément Massé, secrétaire de l'Association des propriétaires du lac Saint-Pierre

Cette situation réjouit Vincent Bernier, qui a acheté une maison en bordure du lac Saint-Pierre il y a un an.

C'est certain qu’à long terme, pour le tourisme, c'est quelque chose qui est bien, et on se sent mieux quand on est près d'un lac qui est propre.

Vincent Bernier, propriétaire riverain

Le comité a atteint ses objectifs, mais il ne baisse pas la garde pour autant. Plusieurs maisons changent de propriétaire, et il y a possibilité de nouvelles constructions autour du lac.

D'après le reportage d'Ariane Perron-Langlois.

Plus d'articles

Commentaires