Retour

Le 85e anniversaire de l'UPA du Bas-Saint-Laurent sur fond d'incertitude

L'Assemblée générale annuelle de l'UPA au Bas-Saint-Laurent se tient dans un contexte d'incertitude pour les producteurs. En tout, une vingtaine de résolutions seront débattues.

Au coeur des discussions : l'amélioration de la qualité des sols, la détresse psychologique et les mesures compensatoires au Partenariat Transpacifique pour les producteurs de la région.

Le premier vice-président de l'UPA au Québec, Pierre Lemieux, pense qu'il faut instaurer des mesures pour contrer l'importation de produits laitiers des États-Unis au Québec, notamment parce que les producteurs américains peuvent utiliser des hormones comme la somatotrophine qui sont interdites au Canada.

« Nous autres, être capable de concurrencer des machines à produire du lait comme producteur, ça devient dur. Il va falloir que le gouvernement mette en place des normes de réciprocité au niveau des produits. Encore là, il va falloir qu'il aille assez loin pour interdire ce mélange-là parce que c'est un produit qui est interdit au Québec. Ils vont-tu aller jusqu'à dire aux usines qui achètent ce lait-là; ce lait-là va devoir être vendu séparément et vraiment bien identifié », plaide-t-il.

Par ailleurs, Gilbert Marquis et Normand Dumais sont réélus pour un mandat de deux ans comme président et premier vice-président de l'Union des producteurs agricoles du Bas-Saint-Laurent.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine