Retour

Le béluga officiellement considéré comme espèce en voie de disparition

Comme il l'avait promis, Ottawa a officiellement annoncé, mercredi, un changement de statut du béluga de l'estuaire du Saint-Laurent sur la liste des espèces en péril.

Un texte de Joane Bérubé

Le président du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM), Robert Michaud, explique que le béluga passera d'espèce menacée à espèce en voie de disparition.

Le béluga de l'estuaire du Saint-Laurent, mais aussi la tortue luth, fait partie des 12 nouvelles espèces aquatiques qui verront leur protection améliorée en vertu de la Loi sur les espèces en péril. La consultation publique sur la nouvelle inscription de ces espèces a été officiellement publiée cette semaine dans la Gazette du Canada.

Le ministre des Pêches et des Océans, Dominic Leblanc, se conforme ainsi aux recommandations du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et à d'autres avis scientifiques.   

L'inscription comme espèce en péril oblige Ottawa à mettre en place un plan de rétablissement en collaboration avec les scientifiques, l'industrie, les organisations de pêche locales, les groupes autochtones et les collectivités touchées.

Un tel plan existe déjà pour le béluga, relève Robert Michaud. « Concrètement, dit-il, cela ne change pas le niveau de protection du béluga qui, comme espèce menacée, était très bien protégé par les lois actuelles. »

Toutefois, le président du GREMM estime que, politiquement, le fait de reconnaître que la situation du béluga s'est détériorée est un pas dans la bonne direction. « Du moins, on le souhaite », dit-il.

La population dispose maintenant de 30 jours pour exposer ses commentaires sur le sujet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine