Retour

Le bleuet de la Côte-Nord toujours en quête de reconnaissance

Sur les tablettes des marchés à grande surface, il est difficile pour le consommateur d'identifier les bleuets de la Côte-Nord. Le propriétaire de la bleuetière Bleu Nord, Denis Picard, explique qu'en l'absence d'une usine de transformation à grande échelle sur la Côte-Nord, 98 % de sa récolte de Sept-Îles est transformée au Lac-Saint-Jean.

Il déplore que la provenance du petit fruit ne soit pas mise en valeur pour son goût particulier. D'autant plus que les consommateurs se montrent de plus en plus sensibles à l'achat de produits régionaux.

Le marché public de Sept-Îles mise sur cet intérêt des consommateurs en mettant en vedette un produit nord-côtier différent chaque semaine.

Cette nouvelle formule semble plaire au public, qui peut établir un contact avec le producteur, fait valoir le président de la Table bioalimentaire régionale.

Pour conserver l'identité des petits fruits de la région, les producteurs rêvent d'une usine de congélation et de transformation à grand volume.

La Côte-Nord récolte plus de 5 millions de livres de bleuets chaque année.

Un texte de Louis Garneau, avec les informations de Katy Larouche

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine