Retour

Le bois de chauffage de qualité est plus cher sur la Côte-Nord

La récolte de bois de chauffage est commencée depuis le 1er septembre dans la province. Sur la Côte-Nord, il est plus difficile et plus onéreux de se doter d'un bois de bonne qualité.

À Sept-Îles, ce détaillant a déjà écoulé près de la moitié de son inventaire, les cordes de bois disparaissent comme des petits pains chauds. « C'est grand temps, parce qu'à la fin novembre, c'est plus difficile pour nous d'en avoir ici. Parce que ça sort très vite à l'heure actuelle. »

La rareté du bois de chauffage est aussi provoquée par l'absence d'essences de bois dur dans la région. Les bois mous, comme l'épinette et le sapin, sont moins efficaces que l'érable, par exemple.

La corde d'érable de Beauce coûte 140 dollars, alors que le même produit se vend moins de 100 dollars au Bas-Saint-Laurent.

C'est ce qui pousse Éric Germain à récolter son propre bois de chauffage près de Sept-Îles. « La grosse raison, c'est qu'il y a une grosse économie d'argent. Et ça permet de se retrouver dans la nature. »

Chaque année, il récolte du bouleau, une essence plus écologique que les résineux.

Les citoyens qui désirent couper eux-mêmes leur bois de chauffage en forêt publique doivent se procurer un permis au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Le permis est valide jusqu'au 31 mars.

De quoi combler les gens désireux de réaliser des gains énergétiques ou les amateurs de feux de foyer.

Un texte de Louis Garneau, avec les informations de Katy Larouche

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine