Retour

Le Café des voisins : la naissance d'un lieu rassembleur au coeur du Bic

Des citoyens du Bic viennent tout juste de se doter d'un lieu de rassemblement pour briser l'isolement hivernal. L'initiative bénévole, appelée le Café des voisins, connaît déjà un grand succès au cœur du village.

Un texte de Laurence Gallant

Les Bicois ont maintenant un lieu pour boire un café, faire des rencontres, jouer à des jeux et travailler, grâce à deux bénévoles, Sara Dignard et Stéphanie Fissette. Elles ont voulu s’offrir, à elles et leurs voisins, un espace convivial ouvert à tous.

Certains disent parfois que de belles choses peuvent naître d’évènements terribles. C’est le cas du Café des voisins, au Bic, une idée qui est née après l’horreur inspirée de l’attentat perpétré dans une mosquée de Québec, le 29 janvier dernier.

« J’ai trouvé ça difficile, et j’avais besoin d’un lieu de rassemblement », raconte l’une des instigatrices du projet, Sara Dignard.

La jeune poète installée depuis quelques années au Bic a voulu lancer un appel à tous sur Facebook, pour se renseigner les possibilités de créer un lieu de rassemblement… dès l’an prochain.

Le besoin était existant depuis des années au Bic, ce qui fait que l’idée de Sara a fait mouche très vite, notamment auprès de la Bicoise Stéphanie Fissette, qui a tout de suite signifié son intérêt de s’engager dans le projet.

Les jeunes femmes se sont donc attelées, réalisant leur désir beaucoup plus rapidement que prévu.

Visiblement, on avait ce besoin-là.

Sara Dignard, instigatrice du Café des voisins

« Je pense pas que j’étais toute seule dans cet état, parce que pour beaucoup de monde, ça a été la goutte de trop… de me sentir isolée, de me sentir dans la terreur, de ne pas savoir ce qui fait sens, et comment on peut se relever de ça », explique-t-elle.

En à peine deux semaines, les jeunes femmes ont organisé leur premier rassemblement à même le restaurant des Affamés, au cœur du village, qui leur est prêté jusqu’à sa réouverture pour la saison estivale, à la mi-avril. Le Café des voisins s'ouvre maintenant tous les jeudis et dimanches.

Le succès a été instantané pour le Café des voisins, à la minute où il a ouvert ses portes pour la première fois, le 16 février dernier.

Quand on a ouvert en premier et qu’à 13 h 01, il y a dix personnes qui sont rentrées, j’étais vraiment émue, je me suis dit : " on est beaux, les humains, quand on fait quelque chose ensemble "

Sara Dignard, instigatrice du Café des voisins

Le chef du restaurant s’est entendu avec les jeunes femmes pour leur prêter les locaux, moyennant de payer le chauffage du bâtiment.

Je vois les gens qui sont contents d’avoir un espace gratuit où ils peuvent venir quatre heures, on leur demande rien, t’es pas obligé de consommer…

Sara Dignard, instigatrice du Café des voisins

Le Café des voisins se veut donc un lieu communautaire sans but lucratif, bénévole, qui reçoit jusqu’à maintenant les contributions volontaires des citoyens. Il a également l’appui de la Société des loisirs du Bic. « On est déjà dans le positif, après trois [ouvertures] », se réjouit Sara Dignard.

Dimanche dernier, on a eu 55 personnes à peu près. […] On a tellement de monde qui nous demande d’ouvrir le plus possible.

Sara Dignard, instigatrice du Café des voisins

Le prochain défi de Sara Dignard et de Stéphanie Fissette sera de bâtir une équipe de bénévoles stable et solide, pour pouvoir poursuivre et développer les activités du Café des voisins l’an prochain.

Les instigatrices espèrent donc générer un engagement auprès de la population, car le Café des voisins dépend surtout du temps et de l’énergie que les bénévoles sont prêts à offrir.

Un jam de village est d’ailleurs prévu le 17 mars au Café des voisins, et les bénévoles songent, dès l'automne prochain, à organiser des projections vidéos et des soirées de lectures de textes, entre autres.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine