Retour

Le chef innu de Mingan veut obtenir le brevet du thé Salada

Le chef de la communauté innue de Mingan (Ekuanitshit), Jean-Charles Piétacho, tente de trouver du thé Salada qui n'est plus fabriqué depuis janvier dernier. Il souhaite obtenir le brevet de ce thé qui est très apprécié de sa communauté. 

Jean-Charles Piétacho souligne que des résidents de Mingan boivent du thé Salada depuis des décennies. « Les gens n'aiment pas le thé vert [et] tous les produits qui se sont rajoutés après Salada, [comme] le Salada orange pekoe », ajoute-t-il.

La compagnie Unilever Canada confirme qu'elle a cessé de produire le thé Salada classique au début de 2015, vendu en paquet de 100 sachets. Elle ne précise pas les raisons de cette décision, mais admet que la sorte "orange pekoe" n'a pas le même goût.  

Les membres de sa communauté apportaient ce thé lors de séjours en forêt, en raison de la qualité du sachet qui ne se brise pas facilement.

« Tout ce que je peux dire, c'est que c'est bon et apprécié. Quasiment depuis le contact avec l'Europe, c'est ce thé-là qui est resté dans le goût, dans la tradition. »

Le chef de Mingan a parcouru plusieurs épiceries de Montréal à la recherche du thé Salada, sans succès. Il a profité d'une rencontre dans la métropole pour tenter de trouver ce produit.

Jean-Charles Piétacho pourrait poursuivre sa recherche au Kenya ou en Chine. 

Il précise que les résidents ont essayé une sorte de thé similaire au Salada, mais elle n'est pas appréciée de sa communauté. « Le goût du thé n'est plus le même. »

Brevet recherché 

Le chef innu souhaite faire l'acquisition du brevet du thé Salada. Jean-Charles Piétacho a contacté la compagnie Unilevel, qui produisait ce thé, mais elle ne souhaite pas vendre son brevet pour le moment. 

L'usine montréalaise Lipton Salada, appartenant à Unilever Canada, a fermé ses portes récemment. 

Plus d'articles

Commentaires