Retour

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent force la fermeture d'une résidence pour personnes âgées

Le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent révoque la certification de la Villa du Bel Âge de Saint-Angèle-de-Mérici. Le CISSS parle de situations troublantes, d'atteinte à la dignité et l'intégrité des résidents, mais sans fournir de détails.

Le préavis de révocation qui a été envoyé à la propriétaire de la résidence le 18 janvier, et dont Radio-Canada a obtenu copie, parle de « réactions impulsives et colériques dans différents contextes d'intervention réalisée auprès des résidents, lesquelles se traduisent par l'utilisation de la force physique, des cris et des injures ». Toutefois cette lettre ne détaille pas d'incidents précis.

La présidente directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Isabelle Malo, refuse de parler de maltraitance au sujet des faits reprochés. Tout au plus elle utilise le terme « non-bienveillance ». Selon la PDG, il s'agirait des premières allégations de cette nature contre la propriétaire de la résidence.

Une inspection a été menée au cours du mois de décembre. Du personnel du CISSS et des agents de sécurité ont été dépêchés sur place.

Au total, 16 personnes âgées résidaient à la Villa du Bel Âge. Selon Isabelle Malo les derniers résidents seront relocalisés d'ici la fin de la semaine.

Un coup monté selon la propriétaire

La propriétaire de la villa Francine Rioux est démolie par ces allégations. Elle dit que les plaintes sont fausses et qu'elle n'a pas vraiment eu l'occasion de donner sa version des faits dans l'enquête.

Dans une lettre envoyée le 2 février à la direction du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Francine Rioux croit pouvoir « rendre de précieux services pour les aînés de ma communauté. »

Selon les informations recueillies par Ariane Perron-Langlois

Plus d'articles