Retour

Le climat de travail est malsain au CISSS des Îles, confirme un rapport

Le rapport sur les relations de travail au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Îles-de-la-Madeleine est accablant : les relations de travail y sont hostiles et les conflits sont omniprésents.

Un texte de Brigitte Dubé, avec les informations de Martin Toulgoat

Les accompagnatrices Lise Verreault et Lucie Poitras, désignées par le ministre de la Santé pour se pencher sur la crise au CISSS des Îles, confirment ce qui avait été avancé au début de l’été. Des sources prétendaient que climat était tendu à l'hôpital et que l’atmosphère était tellement malsaine que des médecins refuseraient d'y travailler.

Le rapport mentionne aussi que l’apparence de conflit d’intérêts entre certains membres occupant des fonctions médico-administratives n’a fait qu’entretenir ce mauvais climat de travail.

Elles observent aussi que la gestion est principalement axée sur la performance.

Qualifiée de « centralisatrice et rigide », la gestion de la haute direction serait à l’origine des tensions entre le conseil d’administration et les médecins.

On recommande des changements majeurs à la gestion pour rétablir le lien de confiance entre le conseil d‘administration, le corps médical et la direction générale, mais pas de solutions concrètes.

Les accompagnatrices se sont aussi penchées sur les conflits entre médecins spécialistes et les médecins de famille. Elles ont remarqué que la distribution des tâches entre les deux n’était pas claire et que les relations étaient difficiles.

On recommande notamment la nomination d’un chef de département de médecine familiale et de désigner rapidement un directeur des services professionnels.

En ce qui a trait à la gestion des ressources humaines, les auteures du rapport constatent aussi qu’il y a trop de paperasse et pas assez de gestion. « Le volet encadrement et support aux ressources humaines est très limité, disent-elles. Il n’y aucune ressource dédiée aux communications, aucun comité de recrutement. »

On recommande d’assurer un minimum de soutien administratif aux gestionnaires et de revoir le rôle et les responsabilités de direction, et voir à la repositionner à une échelle plus stratégique et humaine.

En santé mentale, les ressources sont jugées insuffisantes. Des patients cohabitent dans la même chambre, peu importe leur diagnostic, parfois même avec des personnes âgées.

Enfin, toujours selon le rapport, le CISSS devra s’attaquer rapidement au déficit annuel de 4,3 millions de dollars.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine