Retour

Le curling comme outil d'intégration des nouveaux arrivants

Pendant que les grandes villes du Canada déploient leurs ressources pour accueillir des milliers de nouveaux réfugiés syriens, en région, l'accueil des nouveaux immigrants se fait à plus petite échelle et sur un mode plus ludique. Aux Méchins, près de Matane, un groupe de nouveaux arrivants a suivi ce weekend sa première leçon de curling.  

Pas facile de changer de région, de pays, de trouver un nouvel emploi, de refaire un cercle d'amis. Pour aider les nouveaux arrivants à apprécier leur région d'adoption, Rézo de la Matanie organise depuis plusieurs années différentes activités de loisirs et cette année, c'est avec le curling que l'organisme a lancé sa programmation 2016.

Le curling est un sport que les nouveaux arrivants associent d'emblée au Canada, mais comme l'avoue Catherine Berger du Service d'accueil des nouveaux arrivants de la Matanie, le défi n'est pas seulement pour les nouveaux venus. « Pour la plupart même des Québécois, des étudiants internationaux et des nouveaux arrivants, c'est une initiation parce qu'il n'y a pas grand monde qui savent jouer au curling. Il y a beaucoup de plaisir, mais aussi beaucoup de chutes! », commente-t-elle

Certains, et pas seulement ceux qu'on pense, s'adaptent plus facilement que d'autres. « Ça ressemble un peu à la pétanque au final, il faut envoyer la boule vers le centre, c'est deux équipes et l'équipe la plus proche gagne un point », constate Ophélie Terraz, une jeune française venue étudier en multimédia pour un an au Cégep de Matane.

La jeune femme pourra sans doute retourner jouer au curling puisqu'elle a trouvé un emploi dans la région et entend maintenant y demeurer.

Échanges et accueil

L'accueil est la clé du succès dans l'intégration des nouveaux arrivants comme en témoigne Réné Quirion-Blais, installé à Matane depuis un an. « On m'avait donné une liste d'adresses où je pouvais loger temporairement à mon arrivée. C'est quelque chose que j'ai adoré pour pouvoir justement m'aider un peu à trouver un endroit pour habiter qui me conviendrait », raconte M. Quirion-Blais.

Le contact avec les gens est aussi essentiel, ajoute le Tunisien d'origine Ben-Abdallah Atef : « Tout ce monde, toute cette bonne ambiance, ça, c'est ma famille. »

Arrivé au Québec il y a deux ans et dans la MRC de la Matanie depuis environ 16 mois, c'est le travail qu'il l'a amené dans la région. L'ancien citadin ne regrette pas son choix. En plus d'avoir découvert un nouveau pays, il a adopté un nouveau mode de vie, plus près de la nature.

Et toutes ces rencontres organisées par le Rézo Matanie peuvent même susciter de nouveaux intérêts insoupçonnés. « J'adore le curling, je vais même m'intégrer à l'équipe de curling des Méchins, je pense », annonce M. Atef.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine