Retour

Le feu ravage le Théâtre de la Vieille Forge de Petite-Vallée

Un incendie s'est déclaré tôt ce matin au Théâtre de la Vieille Forge de Petite-Vallée, en Gaspésie. Les dommages sont considérables et le bâtiment est une perte totale.

Un texte de Joane Bérubé

Les policiers et les pompiers ont été contactés vers 5 h 30. Des pompiers des villages de Petite-Vallée, de Grande-Vallée et de Cloridorme sont intervenus .

Au moment de leur arrivée, le brasier était déjà énorme. Dominique Lamy, directeur du service incendie de Grande-Vallée et chef pompier, ajoute que même si les pompiers sont arrivés rapidement sur les lieux, le feu était trop important pour leur permettre de pénétrer à l’intérieur de l’édifice.Une photographie prise par un citoyen, Joël Lebreux, très tôt ce matin, montre à quel point les flammes se sont rapidement propagées à l'ensemble du théâtre.

Les pompiers n’ont pu que travailler à contenir les flammes et à assurer la sécurité du site. « On était en défensive. On a arrosé. À Petite-Vallée, il n’y a pas de borne incendie, il faut faire le transport d’eau en citerne. On a branché deux pompes portatives à la mer. »

Les bâtiments voisins, dont l’auberge de la Maison Lebreux, qui affichait complet, ont été évacués par précaution. « Heureusement, le vent porte vers la mer », a commenté, tôt ce matin, Alan Côté, le directeur artistique et fondateur du Festival en chanson de Petite-Vallée, encore secoué par les événements.

C'est la personne responsable de l'entretien qui a sonné l'alarme. L'homme aurait aperçu de la fumée dans le coin sud-est du bâtiment où se situe la boîte électrique, précise Alan Côté, le directeur artistique du Festival en chanson de Petite-Vallée.

« En cinq minutes, tout était foutu », indique M. Côté. Effectivement, le théâtre s'est effondré moins de deux heures après le début du brasier.

Perte totale

En fin de matinée, le bâtiment n'était plus qu'un amas de cendres. « Étant donné que le feu semble avoir démarré au coin sud-est, que c’était du vent de sud, cela s’est propagé à la grandeur de la bâtisse. C’est à aire ouverte, ce n’est pas long, il n’y a pas de portes coupe-feu ni de murs coupe-feu non plus », explique le chef des pompiers, Dominique Lamy.

Les pompiers s’activent à éteindre les dernières braises. Une pelle mécanique devrait aider au déblaiement.

Alan Côté raconte qu'une fête de bénévoles a eu lieu hier soir et s'est terminée vers 2 h du matin. Tout était correct, dit-il, quand on est partis.

Plus qu'une salle de spectacle

Le Théâtre de la Vieille Forge, un bâtiment patrimonial, est au coeur de la vie culturelle de Petite-Vallée, mais aussi de la Gaspésie et du Québec.

Il s'agit notamment du centre névralgique du Festival en chanson de Petite-Vallée, un des principaux festivals de chanson du Québec.

Pour le maire de Petite-Vallée, Rodrigue Brousseau, c’est tout un volet de l’histoire du village qui est parti en fumée. « Ce sont des souvenirs, dit-il, c’est une charpente qui avait de la valeur, c’était tiré d’une vieille forge et il restait encore des pièces. »

Pour le directeur du Festival, il s'agit maintenant de trouver une solution. « J'ai l'air calme comme ça, mais ça fait deux heures que je pleure mon lot. Là, il faut passer en mode solution », indique Alan Côté.

« On ne peut pas manquer une saison, manquer un festival, on est le principal employeur chez nous. L’été, on emploie 45 personnes. Une chance que la saison est presque terminée », ajoute M. Côté.

Réactions

Habitant de Grande-Vallée, membre du comité du Festival en chanson depuis plus de 20 ans, Arthur Fournier, est aussi le père de la chanteuse Marie-Pierre Arthur et du musicien Jean-Sébastien Fournier. Il était de la fête des bénévoles, lundi soir. « On s’amuse, on a une réunion et ce matin, tout est parti. C’est un choc », lance M. Fournier, qui ne se dit pas découragé pour autant.

« Alan Côté est un grand homme solide, estime Arthur Fournier, c’est sûr que ce matin il est sonné, mais c’est un bâtisseur. Il va trouver le moyen, avec son équipe, de s’en sortir. Ensemble, ça va se faire. »M. Fournier rappelle que c’est là que sa fille a fait ses premiers pas comme musicienne. Toute la famille est passée par là, ajoute son fils, Jean-Sébastien Fournier.

Il n'est pas le seul à parler reconstruction. Les appuis dans les réseaux sociaux sont nombreux à cet égard.

De l’autre côté du fleuve, le directeur de programmation du festival Innu Nikamu, Kim Fontaine, se dit attristé par la nouvelle de l’incendie.

Le festival autochtone nord-côtier y avait tenu une résidence d'artiste plus tôt cet été. Pour lui, le Festival en chanson de Petite Vallée, c'est surtout une histoire d'amitié. Il se dit de tout coeur avec les gens de Petite-Vallée.

Spectacles maintenus

Les spectacles du slameur Ivy et de Michel Rivard, prévus pour cette semaine à la Vieille Forge, auront lieu au camp musical.

Le slameur promet un spectacle mémorable aux gens de Petite-Vallée. « On pourra partager avec les gens. Nous serons inspirés », a-t-il ajouté.

Michel Rivard se dit dévasté. L’auteur-compositeur-interprète est un habitué de la scène de la Vieille Forge. « J’ai chanté, dit-il, à la Vieille Forge avant les rénovations, quand c’était un tout petit théâtre de poche. Déjà, il y avait toute une ambiance. On vient de perdre une pièce importante de notre culture. »

La scène de la Vieille Forge, rappelle le chanteur, est pour toute une génération d’artistes de la relève un symbole important puisque plusieurs ont été reconnus du public après leur passage à Petite-Vallée.Presque tous les grands de la chanson québécoise ont foulé la scène du Théâtre de la Vieille Forge. « Avec la mer comme toile de fond, c’était une expérience unique chaque fois », relève Michel Rivard.

Toute la chanson québécoise est en deuil, a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Plus d'articles

Commentaires