Un nouveau CPE ouvrira ses portes à Gaspé, même si des places sont encore disponibles dans d'autres CPE et que des garderies ferment faute d'enfants.

La nouvelle installation est actuellement en construction sur les terrains de l'hôpital. Il s'agit d'un projet de 1,8 million de dollars financé par Québec. Dès janvier 73 nouvelles places seront disponibles et prioritairement offertes aux enfants des employés du secteur de la santé ou à des enfants ayant des besoins particuliers.

Le nouveau CPE répond à une demande d'employés du secteur de la santé qui souhaitaient une meilleure conciliation travail-famille. Plusieurs craignent toutefois qu'ils viennent perturber le fragile équilibre entre offre et demande dans le milieu de la petite enfance, à Gaspé.

Dans la région, des CPE existants ont encore des places disponibles et il n'y a plus de listes d'attente. Un service de garde doit même fermer ses portes, en raison du trop petit nombre d'enfants qui le fréquentent.

Annie Chouinard, qui gère le CPE Voyage de mon enfance et qui coordonne une quarantaine de garderies en milieu familial, calcule que 5 places sont à pourvoir dans son CPE. « J'ai des milieux familiaux qui effectivement cherchent des places, poursuit Mme Chouinard, je vois aussi sur Facebook qu'il y a des privés qui cherchent des enfants, alors notre bassin de clientèle, notre bassin d'enfants qui a besoin de service de garde est beaucoup réduit. »

Roxanne Martel-Isabelle, qui travaille en milieu familial, confirme qu'il lui manquera aussi un enfant pour l'année qui vient. « On n'a plus beaucoup d'appels, ce n'est pas comme quand j'ai ouvert, la demande était très forte. Maintenant on a beaucoup plus de difficultés », commente Mme Martel-Isabelle.

Perte pour plusieurs services

Avec l'arrivée de ce nouveau CPE, d'autres services de garde subventionnés en milieu familial pourraient fermer leur porte, tandis que les CPE existants risquent de voir leur financement considérablement réduit, croit Mme Chouinard.

Elle rappelle que chaque enfant en moins vient réduire la subvention gouvernementale. « Et quand on a un taux d'occupation de 90 % sur l'année, le ministère nous impose des sanctions financières supplémentaires », ajoute la gestionnaire de CPE.

En un peu plus de cinq ans, la situation des services de garde destinés à la petite enfance a changé du tout au tout à Gaspé. En 2010, il y avait 300 enfants sur une liste d'attente pour une place en garderie. Depuis deux ans, les responsables de service de garde notent une baisse notable de la demande.

Le cabinet du ministre de la Famille, Sébastien Proulx, n'a pas répondu aux demandes d'entrevues. Il n'est pas possible pour le moment de connaître les critères d'évaluation qui ont été retenus pour autoriser le projet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine