Retour

Le hockey, un mode de vie pour la famille Pietroniro

Chez les Pietroniro, le hockey est plus qu'une passion, c'est un mode de vie. Le Drakkar compte désormais sur trois membres de la famille. L'entraîneur-chef, Marco Pietroniro, dirige deux de ses cinq fils à Baie-Comeau cette saison.

Un texte de Marlène Joseph-Blais

Après sa carrière professionnelle sur la glace, en Italie et aux États-Unis, notamment, le père de famille a occupé des postes de directeur général et d'entraîneur. C'est donc presque naturel que tous ses fils chaussent aussi les patins. « Ils ont vécu dans les chambres de hockey avec des joueurs professionnels. C'est l'environnement qu'ils voyaient tous les jours », raconte le père.

Évidemment, les cinq fils veulent se rendre le plus loin possible au hockey, mais il faut commencer au bas de l'échelle. Leur mère, Caroline Lacombe, les soutient comme elle l'a fait avec leur père. « On leur souhaite le mieux. On veut la meilleure chose pour eux et on va les suivre. »

Les deux plus jeunes de la famille, Massimo et Kris, suivent les traces de leurs frères, même s'ils doivent enfiler leur vieil équipement. « Parce que je suis le plus jeune, il faut que je fasse tout dans la maison! », dit Massimo à la blague. Tous reconnaissent que l'ambiance est rarement calme à la maison avec autant de garçons sous le même toit.

Pour Chad et Matteo, la dynamique est différente cette année. Ils jouent ensemble pour le Drakkar, sous les instructions de leur père. Marco Pietroniro sait que ses fils peuvent être ciblés par les attaques des adversaires. « Entre joueurs, ça s'achale pas mal, donc ce n'est pas facile de jouer pour ton père. Je me sens privilégié de pouvoir partager ça avec mes enfants parce que je n'ai jamais pu les coacher quand ils étaient jeunes. »

L'arrivée récente de Matteo dans les rangs du Drakkar a été reçue avec joie dans la famille. « À Amos, j'ai joué deux ans avec mon frère [Matteo], qui joue avec moi cette année, et c'est une des meilleures choses que j'ai vécues dans ma vie », souligne Chad.

La carrière du père a entraîné plusieurs déménagements pour ce clan tissé serré. Ils se sont tournés l'un vers l'autre, plutôt que de créer des liens dans chaque ville. « Il ne faut pas que tu ne sois attachée à rien. Il faut que tu sois attachée à ta famille et c'est tout », explique la mère.

Cette saison, ils seront presque tous réunis à la maison, à Baie-Comeau. Seul le plus vieux, Phil, évoluera chez les professionnels dans la ligue de la côte est aux États-Unis. Toute la famille l'appuiera de la Côte-Nord.

Plus d'articles

Commentaires