Après avoir traversé de graves difficultés financières qui ont failli mener la coopérative à la fermeture, le journal Graffici a réussi à éponger ses dettes.

Un texte de Joane Bérubé

Le président du conseil d’administration de Graffici, Simon Bujold, explique que le redressement s’est fait essentiellement grâce au bénévolat de l’équipe ainsi qu’à l’appui d’annonceurs fidèles à la mission du journal. « Ç’a été difficile, admet M. Bujold, mais on ne croit pas que l’on ne soit pas complètement sorti d’affaires parce que les défis restent droit devant, mais, pour 2017, on fonctionne avec une liquidité et non pas avec une marge de crédit. »

Les problèmes financiers de Graffici sont liés à une baisse importante des revenus publicitaires du journal survenue en 2015 à la suite de la restructuration des organismes de développement régional.

Le mensuel a alors perdu l’ensemble de la publicité achetée, entres autres, par la Conférence régionale des élus de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, les Centres locaux de développement de la région et une partie de la publicité du gouvernement du Québec. Cette perte s’est traduite par un manque à gagner de 100 000 $.

La Coopérative a suspendu sa publication au début 2016 et a débauché ses trois employés permanents.

Ce qui était très important en 2016, c’était d’offrir ce dont on a les moyens.

Simon Bujold, président du conseil d’administration de Graffici

Malgré ses difficultés, la coopérative n’a pas eu d’aide financière publique sauf, précise Simon Bujold, une subvention au fonctionnement d’un peu plus de 20 000 $ du ministère de la Culture et des Communications, destinée aux médias communautaires. « On ne doit pas s’attendre à dépendre de fonds institutionnels ou gouvernementaux qui sont de toute façon de plus en plus rares », commente M. Bujold.

Comme ce fut le cas l’an dernier, le contenu des publications de Graffici en 2017 sera le fait de collaborateurs pigistes.

La coopérative ne compte plus d’employés. Il demeure toutefois dans les plans du conseil d’administration de dégager à moyen terme les sommes nécessaires pour embaucher une ressource à la coordination.

Graffici publiera six numéros en 2017 ainsi que son guide touristique Viens voir.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine