Retour

Le long trajet des échantillons de patients de la Côte-Nord 

Après avoir appris cette semaine que des biopsies pour des cas de cancers sont analysées en Ontario, voilà que les échantillons pris lors d'examens gynécologiques sont aussi analysés à l'extérieur de la région. Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n'y voit rien d'anormal.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord confirme que les tests Pap, les colposcopies et l'analyse des tissus du col de l'utérus d'une seule patiente sont examinés dans trois endroits différents, soit à Rimouski, à Alma et en Ontario.

Selon le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ce long trajet s'explique par l'absence de pathologistes à Sept-Îles et Baie-Comeau. Deux postes sont à pourvoir depuis quatre ans dans la région.

La Côte-Nord et le Bas-Saint-Laurent avaient signé une entente temporaire pour effectuer les analyses en pathologie, mais elle s'est terminée en décembre 2015, selon le ministère de la Santé.

Le projet Optilab

Le CISSS de la Côte-Nord n'a plus l'intention d'engager de nouveaux pathologistes. Il compte plutôt sur le projet Optilab, qui vise à regrouper les analyses d'échantillons de la région au laboratoire du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Cependant, ce laboratoire n'est pas encore prêt à répondre à la demande de la Côte-Nord, ce qui explique le recours aux services des professionnels d'une clinique privée en Ontario.

Réaction du Parti québécois

Par ailleurs, la députée Lorraine Richard a remis une lettre au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, pour l'informer du problème des services de pathologie sur la Côte-Nord.

La députée en a aussi discuté à deux reprises avec, Marc Fortin, le PDG du CISSS de la Côte-Nord. Ce dernier soutient être en discussion avec des sous-ministres pour trouver des solutions.

Avec les informations de Katy Larouche et d'Evelyne Côté 

Plus d'articles